Girls Do Porn : ses victimes ont trouvé un arrangement avec Mindgeek

Selon un document judiciaire paru vendredi dernier, Mindgeek (société mère de Pornhub) et les femmes ayant porté plainte contre Girls Do Porn ont trouvé un accord. Jusqu’à présent, les termes de leur arrangement sont toutefois restés secrets. Pour sa part, Brian Holm (avocat des plaignantes) s’est contenté de déclarer que les protagonistes avaient convenu d’une résolution à l’amiable de leur différend.

Jeune couple au lit enregistrant une vidéo de sexe avec un téléphone portable

Pour rappel, c’est en 2019 que Girls Do Porn a été reconnu coupable d’avoir obligé plusieurs femmes à tourner des vidéos pornographiques. Ce site a également été jugé fautif d’avoir menti à ces femmes au sujet de la diffusion de ces vidéos. Résultat : le tribunal saisi l’a obligé à payer plus de 40 millions de dollars de dommages-intérêts à ses victimes.

Le 7 juillet 2021, les deux parties ont cependant annoncé qu’elles souhaitaient trouver une autre manière de résoudre leur conflit. Elles ont alors déposé une requête conjointe pour suspendre la procédure, suspension qui s’est donc finalement soldée par un accord.

50 victimes en tout !

Au début de l’affaire, 22 femmes ont porté plainte contre Girls Do Porn. D’après ces dernières, Girls Do Porn leur avait assuré que les vidéos qu’ils avaient tournées ne seraient visibles que sur leur site web. Or, en fin de compte, les vidéos se sont retrouvées sur Pornhub et de nombreuses autres plateformes.

Des millions de personnes ont donc pu voir ces fameuses vidéos et pour plusieurs des plaignantes, un véritable cauchemar a commencé.

En décembre 2020, d’autres femmes, victimes de Girls Do Porn, ont également déposé une plainte contre Mindgeek. Elles l’ont accusé d’avoir sciemment profité des vidéos de Girls Do Porn sur Pornhub et de ne pas les avoir modérées comme il le fallait. Avec ces autres femmes, c’est ainsi face à 50 plaignantes en tout que Girls Do Porn et Mindgeek se sont retrouvés.

Des victimes harcelées et parfois même suicidaires

À cause de la diffusion des vidéos de Girls Do Porn, certaines des accusatrices du site ont été victimes de harcèlements. D’autres ont même déclaré que les harcèlements qu’elles subissaient étaient tels que pour y échapper, elles avaient songé à se suicider.

À noter que la plainte déposée contre MindGeek comptait 43 pages. Dans celles-ci se trouvaient tous les détails des souffrances que les victimes du site ont dû endurer.

“En conséquence immédiate du bénéfice financier et de la participation de MindGeek à l’entreprise de trafic sexuel de GirlsDoPorn, les plaignants ont subi des dommages, incluant, sans s’y limiter, une détresse émotionnelle grave, un traumatisme important, une tentative de suicide et un ostracisme social et familial.”

Un extrait de la plainte