Girls Do Porn : une autre employée a plaidé coupable

La justice américaine n’en a pas fini avec l’affaire Girls Do Porn. L’ancienne comptable du site pornographique a récemment plaidé coupable devant un tribunal fédéral.

Pour rappel, Girls Do Porn (GDP) était actif entre 2009 et 2020. Sa mise hors ligne est intervenue peu après l’inculpation de six membres de son personnel pour esclavage sexuel et fraude en novembre 2019. Le mois d’après, deux autres personnes ont fait l’objet de poursuites judiciaires pour complicité. Le site web a finalement été supprimé en janvier 2020. Valorie Moser a travaillé comme comptable pour la plateforme. Le 16 avril dernier, cette ancienne salariée de GDP a plaidé coupable devant un tribunal fédéral pour complicité. Elle a également reconnu avoir forcé de manière frauduleuse de jeunes femmes à apparaître dans des vidéos pornographiques.

Crédits Pixabay

À noter que Moser est seulement la troisième des six accusés à plaider coupable. La comptable s’occupait de diverses autres tâches, dont l’organisation de l’arrivée des actrices à San Diego.

Elle savait pour la diffusion des vidéos sur Internet

Moser était au courant de l’activité de GDP – à savoir la production de vidéos pornographiques pour une diffusion sur Internet.

Les jeunes femmes recrutées pour tourner dans les films recevaient de fausses garanties sur la non-diffusion des contenus sur Internet. Son témoignage évoque même un épisode où Michael Pratt – fondateur de la plateforme – disait aux figurantes que les vidéos « ne seraient distribuées que sur des DVD en Australie » et qu’elles « resteraient anonymes ». Moser a ainsi avoué à la cour fédérale savoir que les déclarations de Pratt étaient fausses.

Plus encore, la comptable recevait des instructions de son patron interdisant de raconter aux jeunes femmes la vérité sur la distribution des contenus. On sait désormais que l’ancienne salariée se chargeait de conduire les figurantes sur les lieux de tournage. Elle ne devait pas révéler sa réelle fonction au sein de la plateforme.

Un jugement en juillet prochain

Moser devrait obtenir son jugement le 2 juillet prochain. La prochaine audience de cette sordide affaire se tiendra le 7 mai.

Par ailleurs, le Bureau fédéral d’enquête (FBI) continue d’encourager de potentielles victimes à se manifester. Celui-ci offre également une récompense allant jusqu’à 10 000 dollars pour toutes informations conduisant à l’arrestation de Michael Pratt. Le co-fondateur du site pornographique est en cavale après avoir quitté les États-Unis en 2019.