Gobekli Tepe, le plus ancien temple du monde, continue de délivrer ses secrets

Gobekli Tepe, un site néolithique se trouvant sur une montagne en Turquie, est considéré par les archéologues comme étant le plus ancien temple du monde. Il a été construit il y a de cela 11 000 ou 12 000 ans, près de 6 000 ans avant la construction du monument de Stonehenge. Les chercheurs ont découvert qu’à cette époque, il n’y avait encore aucune preuve d’agriculture ou encore d’élevage dans le monde, ce qui laisse penser que ce temple a été construit par des chasseurs-cueilleurs.

Récemment, une étude publiée dans le journal Cambridge Archeological Journal  par une équipe menée par Avi Gopher, professeur au département d’archéologie et de civilisations proche-orientales anciennes de l’Université de Tel Aviv, a montré que Gobekli Tepe n’a pas fini de révéler ses secrets. Les chercheurs ont en effet découvert que le temple a été construit en suivant un plan géométrique bien précis.

Crédits Pixabay

Le site de Gobekli Tepe a été découvert en 1994 par l’archéologue allemand Klaus Schmidt. À l’époque, l’existence du temple allait à l’encontre de la théorie selon laquelle les religions organisées ne sont apparues qu’après l’adoption de l’agriculture. Selon Gopher, la construction de ce temple correspond à une déviation du mode de vie habituel des chasseurs-cueilleurs préhistoriques.

Une utilisation de la géométrie

L’équipe de Gopher a utilisé un algorithme informatique dans leur étude afin d’analyser l’architecture du site de Gobekli Tepe. Ils ont découvert que les deux piliers centraux de deux des structures circulaires s’alignaient parfaitement avec le point médian de celles-ci.  De plus, le traçage d’une ligne imaginaire reliant les points centraux de trois des structures a permis de révéler un triangle équilatéral, c’est-à-dire avec ses trois côtés de même longueur.

D’après Gopher, cette découverte signifie qu’on a planifié la construction des trois structures en suivant un modèle géométrique. Il a aussi ajouté qu’ériger les trois structures en même temps montre que les chasseurs-cueilleurs de l’époque avaient à leur disposition un grand nombre de travailleurs et beaucoup d’énergie. Toutefois, les chercheurs indiquent qu’on ne sait pas si les trois structures ont effectivement été construites au même moment.

Pour ce qui est de la préparation du projet, les archéologues expliquent que la complexité du design architectural a dû exiger un schéma ou un diagramme que les ouvriers ont ensuite suivi. Cela montre que les humains de l’époque étaient capables de comprendre et de conceptualiser un plan de construction complexe et de le reproduire en taille réelle. On peut ainsi penser qu’il y avait un groupe de personnes à la tête du projet, mais les chercheurs n’en sont pas tout à fait sûrs. Selon eux, il est aussi possible que la première structure ait d’abord été construite, et que plus tard, on ait décidé d’ajouter les autres pour former le triangle théorique.

À lire aussi : Gobekli Tepe, le temple aux mille secrets

Différents lieux de culte

Son architecture n’est pas la seule particularité de Gobekli Tepe. Certains de ses mégalithes sont en effet couverts de gravures de symboles abstracts et d’images d’animaux comme des lions, des serpents ou encore des insectes. D’après les observations faites sur place, les archéologues ont pu constater que chaque enceinte a un animal dominant dont l’image est répétée un grand nombre de fois. Ils pensent ainsi que chaque groupe de chasseurs-cueilleurs pouvait avoir son propre animal représentatif et utilisait l’enceinte qui leur correspondait pour leur culte.

Il y a cependant une des enceintes qui paraît être plus importante que les autres. Celle-ci, dénommée enceinte D, est décorée avec un grand nombre d’animaux différents. Des gravures sur les piliers centraux semblent même représenter des êtres anthropomorphiques. Dans l’étude récemment publiée, les chercheurs ont découvert d’autres preuves que cette enceinte en particulier avait une position spéciale parmi les autres. En effet, l’axe principal du triangle théorique passe par le centre de l’enceinte D.

On peut dire qu’il y a encore un grand mystère derrière le site de Gobekli Tepe. Ce qui a surtout surpris les chercheurs, c’est le fait que les humains qui vivaient à l’époque n’étaient pas encore censés être capables de réaliser des constructions aussi grandioses. En tout cas, de futures recherches pourront peut-être en donner l’explication.

À lire aussi : Le plus ancien temple connu se trouve en Turquie

Mots-clés archéologie