Google : 50 millions d’euros par an pour la presse française

Entre Google et la presse française, les relations ne sont pas vraiment au beau fixe. En cause, le portail Google Actualités qui causerait du tort aux éditeurs de contenu. Jusqu’à présent, les deux entités n’étaient donc pas parvenues à trouver un terrain d’entente mais cela viendrait tout juste de changer si l’on en croit Le Monde. Car en effet, Google aurait proposé d’offrir 50 millions par an aux éditeurs pour trouver un terrain d’entente et pour calmer la situation. Et vous voulez savoir ? La presse a refusé l’offre et si vous voulez savoir pourquoi, sachez que toutes les explications sont dans la suite.

Attention tout-de-même car l’offre de Google ne repose pas sur des espèces sonnantes et trébuchantes. En réalité, ces 50 millions d’euros par an se découperaient en trois tiers : des encarts publicitaires achetés par Google, une collaboration commerciale dont on ne sait rien et des avantages sur adSense avec un chiffre d’affaire minimum garanti. Autrement dit, plutôt que de faire un chèque à la presse française, Google leur propose une série d’avantages spécifiques et liés d’une manière ou d’une autre à ses propres services.

Google : 50 millions d'euros par an pour la presse française

Google et la presse française n’arrivent toujours pas à s’entendre.

La presse, de son côté, ne l’entend pas de la même oreille. Selon elle, l’offre est bien en deçà de ses espérances puisque cette dernière tablait plutôt sur 70 ou 100 millions d’euros. Et attention, parce qu’il n’est pas question d’avantages divers et variés, mais carrément d’un revenu pur et dur. Le gouvernement français, de son côté, a indiqué qu’il épaulerait les éditeurs de contenu dans les discussions. Pire, si les discussions n’aboutissent pas, alors c’est un projet de loi qui sera déposé, projet de loi dont le seul et unique objectif sera de forcer Google à passer à la caisse.

Des informations démenties par la presse française

On notera tout-de-même que l’association des éditeurs n’a pas manqué de publier un communiqué spécial pour démentir toutes les informations publiées par Le Monde. Mieux, elle a également indiqué que les sommes avancées par le quotidien ne “reposaient sur aucune réalité”. Du coup, tout le contenu de cet article est bien évidemment à prendre avec des pincettes.

Tiens, au fait, Le Monde ne fait pas partie de l’association des éditeurs ?

Bon, sinon, Google, si tu ne sais pas quoi faire de ces 50 millions d’euros, sache que moi et les copains blogueurs, on ne cracherait pas dessus.

Crédits PhotoCoolCaesar

Mots-clés googleweb