Google a une idée pour préserver les langues en danger

D’après Google, le monde perd une langue environ deux fois par mois. À l’heure actuelle, plus d’un millier de langues sont menacées de disparition. La firme de Mountain View détient, en effet, une certaine expérience dans la préservation de celles-ci. Par le biais de Google Traduction, elle a déjà pu en répertorier cent dix.

Aux dernières nouvelles, Google a décidé d’aller plus loin en misant sur le crowdsourcing pour sauver les langues en danger.

Crédits Unsplash

Google a ainsi lancé la plateforme Woolaroo. L’extension s’inscrit dans le cadre de son service Art and Culture. Basée sur la production participative, elle permet à la foule d’alimenter elle-même l’intelligence artificielle de Google. Le principal objectif de l’initiative est que les générations futures sachent prononcer certains mots et connaissent leurs significations.

À l’heure de la rédaction de cet article, Woolaroo intègre déjà dix langues menacées d’extinction. Désormais, tout le monde pourra apporter sa pierre d’édifice pour aider Google à sauver les langues en voie de disparition.

Dix langues déjà répertoriées

Le nom Woolaroo vient d’une langue aborigène australienne qui n’est plus parlée que par quelques individus. C’est le cas de nombreuses autres langues du monde qui sont passées aux oubliettes au profit d’autres langues nationales plus utilisées.

Les dix langues répertoriées dans Woolaroo sont la langue aborigène Yugambeh, la langue juive Yiddish, la langue berbère Tamazight, la Polynésienne de l’île de Pâques Rapa Nui, l’aztèque Nawat, la néo-zélandaise Maori, le grec de Calabre, le sicilien, le créole de Louisiane et la langue taï de Chine Yang Zhuang.

Woolaroo fonctionne en réalité augmentée

Pour alimenter la base de données, les gens peuvent éditer la langue, aider à la prononciation, signaler des nuances, rectifier des erreurs, émettre des commentaires, etc. Par ailleurs, la fonctionnalité intègre la technologie de réalité augmentée. L’utilisateur a la possibilité de prendre une photo ou d’en soumettre une pour que l’application l’analyse et traduise les éléments qui y sont présents.

Selon une estimation de National Geographic, près de la moitié des 7.000 langues du monde entier disparaîtront d’ici à 2050. Rappelons qu’en 2010, la filiale d’Alphabet avait déjà initié le projet Langues en disparition, un site ayant la même finalité que Woolaroo, mais avec des options moins avancées. Voici ce que la société a déclaré à l’époque :

« En mettant ensemble des efforts indépendants qui viennent du monde entier, nous espérons effectuer des avancées importantes dans notre lutte contre la disparition des langues. Nous espérons que vous vous joindrez à nous. »

Mots-clés google