Google+ accélère sa fermeture suite à une nouvelle faille découverte

Ah, Google+. Qui ne s’est jamais un peu moqué du réseau social, source de bien des memes, sur internet ? Il faut dire que la firme Google, pourtant leader dans bien des domaines, aura bien loupé son coup avec cette plate-forme désert à son déploiement. Autant dire que Google n’a maintenant qu’une hâte : fermer son réseau social le plus vite possible. Et la découverte d’une nouvelle faille vient d’accélérer le processus.

Pour rappel, Google+ avait déjà été exposé à un problème similaire en octobre dernier. Autant dire que les déconvenues s’enchaînent pour le géant américain qui brille par son moteur de recherche et son système d’exploitation Android.

Jouant la carte de la transparence, Google a annoncé la fermeture avancée de Google+ sur son blog tout en détaillant la nouvelle faille découverte deux mois après la dernière en date.

Résultat : 52,5 millions d’utilisateurs touchés tandis que la date de fermeture de Google+ est passée d’août prochain à avril. Une avance de plusieurs mois qui doit arranger Google.

Google+ sera bientôt un lointain souvenir

Pourtant, Google+ avait de quoi se réjouir à son lancement. Une alternative à Facebook qui commençait déjà à salement lasser les internautes. Malheureusement, la sauce n’a jamais pris : les raisons étaient nombreuses et en réalité difficiles à décrire.

Google a donc progressivement abandonné son réseau social jusqu’à annoncer une date de fermeture, en août 2019.

Seulement voilà : cette date a été avancée à avril 2019 suite à la découverte d’une nouvelle faille après celle de novembre. C’est sur son blog. que Google a décidé de communiquer à ce propos.

Lors de la découverte de cette nouvelle faille, nous avons décidé de mettre un coup d’accélérateur à l’arrêt des API de Google+, cela arrivera dans les 90 jours à venir.

De plus, nous avons opté pour l’abandon accéléré de Google+ pour le grand public, passant d’août 2019 à avril 2019.

Google explique également que malgré la faille, les données personnelles des utilisateurs de Google+ n’ont sûrement pas été pillées. Voilà qui aura de quoi rappeler les mésaventures récentes d’un autre réseau social que la firme avait voulu concurrencer : Facebook. Google+ sera en tout cas bientôt de l’histoire ancienne avec sa fermeture programmée.