Google accusé d’avoir perfectionné sa reconnaissance faciale en utilisant le visage de personnes non consentantes

Avec son Pixel 4, Google fait déjà parler de lui. Et pour cause : le géant américain aurait perfectionné sa reconnaissance faciale 3D et certains estiment même que cette dernière arrive à la cheville de Face ID, proposé par Apple avec ses iPhone X/iPhone XR/iPhone XS/iPhone 11.

D’après les rumeurs, Google aurait ainsi revu entièrement sa technologie en passant par l’entraînement de son intelligence artificielle. Et pour se faire, ce sont des milliers de visages qui ont été scannés par un prestataire de la firme américaine. Seulement voilà : selon le New York Daily News, relayé par 9to5google, beaucoup de personnes non consentantes auraient vu leur visage utilisé pour cette perfectionner cette reconnaissance faciale du Pixel 4.

Facepalm

Crédits Pixabay

Un nouveau scandale mettant en cause la vie privée des citoyens à l’heure d’une grande défiance contre les géants de la tech comme Google.

Pour rappel, nous vous avions déjà expliqué que certaines personnes « prêtaient » leurs visages à Google en échange de… 5 dollars !

Le visage de personnes non consentantes utilisé par Google

C’est une révélation qui risque d’entacher la réputation de Google qui a été publiée par le New York Daily News. Selon le quotidien, la firme aurait fait appel à un prestataire privé appelé Randstad pour récupérer des milliers de photos de visages dans le but de perfectionner la reconnaissance faciale de son Pixel 4. Seulement voilà : certaines personnes n’auraient pas été informées d’une telle utilisation, les employés dans un premier temps.

Mais le plus grave reste que les employés de Randstad scannaient en priorité le visage de personnes sans-abri, beaucoup moins susceptibles de se défendre face à cette atteinte de la vie privée. D’après le New York Daily News, c’est avant tout parce que les SDF seraient « moins enclins à communiquer avec les médias ».

Mais Randstad ciblait également les Afro-Américains ou encore les étudiants en cachant le fait que leurs visages seraient utilisés par Google. Les employés de la société faisaient croire aux jeunes adultes à un simple jeu. Pour finir, comme préciser plus haut, c’est en échange d’une carte cadeau de 5 dollars que certains visages ont été scannés.

Google n’a pour le moment pas apporté de réponse à ce nouveau scandale autour de la vie privée. Néanmoins, on peut légitimement se demander si la firme avait réellement connaissance des agissements de son prestataire.