Google Arts & Culture : Explorez virtuellement plusieurs sites patrimoniaux à travers le monde

Le département d’Etat américain a récemment annoncé un partenariat avec Google Arts­ & Culture. En effet, pour la Journée du patrimoine mondial, le département a invité des étudiants, conservateurs, enseignants, archéologues et amateurs de nouveautés à une exploration virtuelle des projets de préservation du patrimoine sur plusieurs sites situés dans le monde entier. La visite s’est faite à travers le Centre du patrimoine culturel du Département d’Etat américain.

Le Centre du patrimoine culturel du Département d’Etat américain travaille avec les gouvernements éparpillés dans le monde et différentes organisations. Il bénéficie de l’aide du Fonds des ambassadeurs américains pour la préservation culturelle (AFCP). Le but est de préserver les sites et de les protéger de plusieurs sortes de menaces, et l’AFCP agit ainsi depuis plus de 20 ans maintenant.

Google Arts and Culture
Crédits: Google Arts and Culture / Twitter

Projet d’exploration virtuelle de plusieurs sites mondiaux

Visiter les sites, objets et traditions de plusieurs patrimoines culturels célèbres dans différentes contrées à travers le monde entier est désormais possible avec le Centre du patrimoine culturel du Département d’Etat américain. En tout, il y a des exemples de plus de 1 100 projets de fonds pour les ambassadeurs de plus de 130 pays sur la plateforme. Pour l’instant, ils ont ajouté un peu plus d’une centaine de nouvelles images de sites.

Les curieux ont maintenant la possibilité d’explorer l’ancienne résidence royale des rois du Népal, le Grand Zimbabwe, le mausolée du XIIIe siècle au Caire, le temple bouddhiste en Thaïlande et beaucoup d’autres encore. En plus de la visite, ils mettent en place les histoires correspondantes. Ils ont aussi annoncé que d’autres sites et d’autres histoires vont s’ajouter à la liste.

Pourquoi une telle initiative ?

La plupart des patrimoines culturels ont subi ou sont en train de subir des détériorations assez importantes. Ils sont soit victimes des changements climatiques et catastrophes naturelles comme des tremblements de terre, des plantes envahissantes qui couvrent l’ensemble du site ; soit victimes de pillages, trafics et divers conflits autochtones, etc. La technologie s’est avérée être une arme de taille pour combattre ces fléaux.

Cette initiative a été mise en place dans le but de faciliter l’accès à ces sites par une personne lambda. Elle a aussi pour objectif de préserver l’héritage culturel mondial, d’après le tweet des responsables sur le compte officiel de Heritage at State.

Source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.