Google attaque à nouveau en justice Uber

Google accuse Anthony Levandowsky, un ancien employé d’avoir entretenu des relations avec Uber en créant l’entreprise Otto. Les deux sociétés ont effectivement fini par fusionner. Le géant américain a donc porté plainte en février dernier contre Uber-Otto à travers Waymo, sa filiale spécialisée dans la conduite autonome. Le motif est le vol de secrets industriels sur la télédétection par laser. Le dossier a été amené devant le tribunal californien le 03 mai 2017.

Google défend que l’accord entre les deux entreprises date bien avant son officialisation en été 2016. Pour prouver cela, Waymo parle d’une allocation de plus de 5,3 millions d’actions d’Uber avec droits d’acquisition le 28 janvier 2016. La société de Travis Kalanick aurait déboursé 700 millions de dollars pour le rachat d’Otto qui fabrique des camions autonomes.

Uber Google

« Il n’est pas rare que le début de la période de référence remonte à la création de l’entreprise, » se défend Uber. L’attribution n’a été faite que quand Otto et Uber ont fusionné.

Une histoire intrigante

L’ancien salarié Anthony Levandowsky quitte Alphabet le 27 janvier 2016 après avoir travaillé pour Google pendant presque dix ans. Il travaillait notamment sur le projet Self-Driving, Car qui est devenu Waymo.

Avant son départ, Levandowsky avait mis en place les statuts d’Otto dans l’Etat du Delaware.

Waymo soupçonne aussi Brian McClendon, un ancien responsable de Google Maps et vérifie ses anciens mails. Un des mails témoigne d’une réunion qui s’est tenue le 13 janvier 2016 à propos de la télédétection par laser, à laquelle participait Anthony Levandowsky.

En 2015, Brian s’est rallié à Uber pour travailler sur la cartographie.

Un dénouement incertain

TechCrunch déclare dans un article que le juge doute des preuves de Waymo, qui préfère attaquer Uber plutôt que de poursuivre Anthony Levandowsky. Le juge ajoute également que la filiale aurait pu ignorer les actions de son ancien employé.

Levandowsky a d’ailleurs basé sa défense sur le cinquième amendement de la Constitution américaine. Celle-ci dispose qu’une personne peut ne pas témoigner contre elle-même.

Uber affirme qu’il n’a jamais vu les documents que Google reproche à Levandowsky d’avoir volés. Il s’agirait de fichiers de 9,7 Go sur le design de cartes de circuits. Waymo affirme pouvoir présenter des preuves convaincantes si Uber ne se dépêche pas de sortir ses documents.

Ce sera sans doute un procédé compliqué, car Uber et Otto se défendent ensemble.

Mots-clés googlejusticeuber