Quand une Google Car se fait arrêter par la police dans Google Maps

Google s’est fait un nom grâce à son moteur de recherche, mais la firme ne s’est pas contentée de nous offrir une carte du web. Grâce à Google Maps, et plus précisément Google Street View, elle nous permet aussi de nous promener à travers le monde et de nous téléporter en un instant dans n’importe quelle ville, ou presque.

Ce projet titanesque a nécessité de lourds investissements, tant en terme d’infrastructure que de main d’oeuvre.

Les Google Cars n'ont pas l'immunité et elles doivent elles aussi respecter le code de la route
Les Google Cars n’ont pas l’immunité et elles doivent elles aussi respecter le code de la route

Car pour modéliser le monde, Google ne s’appuie pas sur des cartes ou des vues fournies par des prestataires spécialisés. La plupart des panoramas présents dans la solution sont en effet réalisé par les voitures de la firme.

Une Google Car qui avait pris le mauvais embranchement

Ces Google Cars sillonnent donc le monde pour le rendre plus accessible et, la plupart du temps, tout se passe bien.

Il arrive cependant parfois qu’ungrain de sable vienne perturber cette machine bien huilée.

C’est ce qui s’est produit dans le port de Seattle en mai de l’année dernière lorsqu’une Google Car a pris le mauvais embranchement… et a du s’en expliquer auprès d’un représentant des forces de l’ordre.

Sans grande surprise, Google demande à ses conducteurs de respecter les lois en vigueur dans les pays visités. Ces derniers doivent donc se conformer au Code de la route et s’assurer de ne pas l’enfreindre, ce qui passe bien entendu par le respect des limites de vitesse et des arrêts imposés, mais aussi des voies de circulation.

Or justement, le conducteur d’une Google Car a commis une faute en circulant dans le port de Seattle. Par mégarde, il a ainsi pris une voie habituellement réservée aux navettes.

L’intervention immortalisée dans Google Street View

Malheureusement pour le conducteur du véhicule, un policier se trouvait en poste à cet endroit lors de son passage et il a donc été sommé de s’arrêter et de s’expliquer.

En soi, un tel incident n’a rien de très surprenant. On se doute en effet que ce conducteur ne doit pas être le seul à s’être retrouvé dans une telle situation. D’ailleurs, nous avions repéré une scène similaire en Bulgarie l’été dernier.

Ce qui surprend le plus, donc, c’est que cette intervention n’ait pas été supprimée avant son intégration à Google Street View. Car en effet, si vous vous rendez ici, alors vous pourrez voir le policier se diriger vers la Google Car arrêtée sur le bas côté. En revanche, si vous avancez légèrement sur la route, alors vous serez automatiquement téléporter sur la voie que la voiture aurait normalement dû emprunter.

Alors quand même, à la décharge du conducteur, il faut reconnaître qu’il n’était pas simple de s’y retrouver. A l’époque, cette partie du port était en effet en cours de réfection.

Mots-clés googlegoogle maps