Google Chrome désormais dispo sur Mac M1… mais attention !

Google vient d’annoncer une bonne nouvelle pour tous les possesseurs de Mac tournant sur puce M1. Chrome est désormais compatible avec la nouvelle puce d’Apple.

Apple a donc amorcé son changement d’architecture au début du mois avec le lancement de trois machines fonctionnant toutes sous puce M1 : un MacBook Air, un MacBook Pro et un Mac Mini. Des machines qui semblent connaître un franc succès si l’on en croit les délais de livraison, qui s’allongent de plus en plus.

Une page de recherche ouverte sur Google Chrome
Photo de Christian Wiediger – Unsplash

Ce qui n’a, au final, rien de très surprenant. Les premiers retours sont en effet unanimes. les Mac M1 offrent une puissance de calcul nettement supérieure à ceux équipés de puces Intel. A un tel point que le MacBook Pro 13 pouces M1, doté d’un positionnement plutôt grand public, arrive même à s’imposer face à un iMac Pro.

Google Chrome dispo sur Mac M1…

Mais voilà, qui dit changement d’architecture dit aussi des problèmes de compatibilité à prévoir. Pour le moment, tous les éditeurs n’ont en effet pas encore franchi le pas et si Rosetta 2 permet de prendre un peu le relai en attendant qu’ils adoptent cette nouvelle architecture, il faudra sans doute attendre quelques mois pour que tous nos logiciels prennent en charge ce nouveau SoC.

Google, de son côté, a en tout cas fait preuve de réactivité. Quelques jours à peine après que les premiers Mac M1 aient été livrés à leurs heureux propriétaires, la firme a annoncé le lancement d’une version de Chrome compatible avec la nouvelle puce d’Apple.

En revanche, le lancement de cette nouvelle mouture a été un peu chaotique. Suite au déploiement de la première version, de nombreux utilisateurs ont rapporté des bugs et des plantages, comme le révèle The Next Web. A un point tel que Google a du mettre le déploiement du logiciel en pause.

… mais pas sans bugs

Néanmoins, les équipes de Google travaillent ardemment sur la question et un correctif devrait être très prochainement déployé chez ceux qui ont installé cette première version.

Pour les autres, une simple visite sur google.com/Chrome suffira à le faire. Mais bien sûr, vu les bugs rapportés un peu plus haut, il sera peut-être judicieux de rester un peu plus longtemps sur Safari…

Niveau performances, sachez que Matthew Panzarino a réussi à ouvrir pas moins de 400 onglets avant que la situation ne devienne complètement ingérable, ce qui vous laisse finalement un peu de marge.