Quand Google Earth permet de coincer un chauffard en excès de vitesse

Google Earth peut avoir des applications inattendues. Preuve en est, la sécurité routière britannique a utilisé la solution pour calculer la vitesse d’un chauffard ayant partagé ses prouesses sur Facebook. Ce qui a abouti sur une condamnation.

Tout a commencé avec une vidéo filmée par un certain Joe Achilles et partagée sur Facebook.

Une route au milieu de nulle part

Crédits Pixabay

Amateur de sensations fortes, ce dernier a accroché une GoPro sur le capot de son Audi avant de prendre la route… et de rouler pied au plancher.

Google Earth a été utilisé par la police pour condamner un chauffeur pour excès de vitesse

La police britannique a rapidement repéré la vidéo sur Facebook et elle a immédiatement ouvert une enquête.

Retrouver le chauffard n’a pas été très difficile. Les agents n’ont en effet eu qu’à remonter au profil à l’origine du partage de la vidéo. Joe Achilles l’avait effectivement mise en ligne en son nom propre.

Le plus difficile a donc été de déterminer si le véhicule avait bel et bien réalisé un excès de vitesse.

La police a alors demandé de l’aide à la RSS et donc à l’unité de soutien de la sécurité routière britannique. Steve Callaghan, le responsable technique de cette unité, a donc mené l’enquête en prenant comme point de départ la vidéo partagée par le chauffard.

Un travail de fourmi, mais qui a fini par payer

Il l’a ainsi visionnée à plusieurs reprises afin de reconstituer le trajet emprunté par le véhicule. Le fichier vidéo lui a permis de localiser plusieurs lieux, allant du parking du Snake Pass Inn à l’axe routier allant vers Sheffield. L’homme a ensuite poursuivi en établissant la liste de tous les marquages routiers et de tous les panneaux de signalisation apparaissant dans la vidéo.

Pour déterminer la vitesse du véhicule, il a ensuite refait le même trajet dans Google Earth, en relevant les distances entre les panneaux et en les comparant avec les déplacements du véhicule de la vidéo. Un véritable travail de fourmi, mais qui a fini par payer. Steve Callaghan a réussi à obtenir onze vitesses moyennes, comprises entre 58 mph et 93 mph, soit entre 93 et 149 km/h.

Manque de chance pour Joe Achilles, la vitesse autorisée sur ces axes était de 50 mph. Le chauffard a alors été sommé de se présenter devant le tribunal du Southern Derbyshire où il a été reconnu coupable d’excès de vitesse excessif. Avec, pour sanction, de devoir payer une amende de plusieurs centaines de livres sterling et six points de perdu sur son permis.

A noter que ce n’est pas la première fois que le service de cartographie de Google est détourné de sa fonction première. Et on se souvient ainsi de ce Japonais qui a utilisé Street View pour retrouver et agresser la star dont il était totalement fan.