Google Glass : quelques défauts de jeunesse

Les Google Glass ont fait forte impression l’année dernière, c’est certain, mais les “early adopters” et autres développeurs auront du attendre plusieurs mois avant de pouvoir mettre la main sur leur exemplaire. Toutefois, Google a récemment commencé à expédier ses lunettes connectées et certains chanceux ont ainsi eu l’occasion de mettre les mains dessus et de les tester en long, en large et en travers. Oui, et il semblerait que le bilan soit finalement assez mitigé. Car si les Google Glass s’imposent comme des produits particulièrement novateurs, elles ne sont apparemment pas sans défaut…

Avant toute chose, il est important de rappeler que le modèle expédié aux développeurs n’est pas un modèle finalisé. C’est comme ça, Google préfère prendre son temps avant de commercialiser ses lunettes connectées et cela veut aussi dire que la version finale des Google Glass profitera sans aucun doute de nombreux correctifs. Il faut donc espérer que la firme prenne en compte les retours de ses utilisateurs.

Google Glass : des caractéristiques correctes, mais quelques défauts de jeunesse

Les premiers retours de ceux qui ont eu l’occasion de mettre la main sur les Google Glass semblent assez mitigés.

Pour commencer, on va se pencher d’un peu plus près sur les spécifications techniques des Google Glass. Si l’on en croit +Jay Lee, les lunettes connectées profiterait d’un processeur OMAP 4430 assez proche de celui qui équipe le Galaxy Nexus de Samsung. C’est plutôt positif puisque si ce dernier n’est plus vraiment au goût du jour, il n’en reste pas moins un très bon smartphone. Derrière, les lunettes profitent également de 682 Mo de mémoire vive disponible, soit quelque chose comme 1 Go de RAM au total. En outre et pour en rester là avec les caractéristiques techniques de la bête, les Google Glass tourneraient apparemment sous Ice Cream Sandwich, et plus précisément sur la version 4.0.4 d’Android.

Google Glass : une autonomie réduite, un écran trop petit et un capteur limité ?

Voilà pour le tour d’horizon des caractéristiques des Google Glass. Comme indiqué un peu plus haut, il semblerait que ces dernières ne soient pas exemptes de défauts. Et parmi les principaux reproches relevés par les premiers testeurs, il y a bien évidemment la question de l’autonomie. Sur le papier et selon Google, les lunettes connectées sont censés tenir la charge pendant une journée complète, et donc pour douze heures. Toutefois, il semblerait que l’enregistrement de vidéos consomme beaucoup d’énergie, faisant ainsi fondre la batterie en une demie heure à peine. C’est assez agaçant, bien sûr, surtout lorsqu’on souhaite immortaliser un évènement d’exception comme un saut en parachute ou notre premier rencard avec notre voisine Sandy.

Ce n’est évidemment pas tout. L’autre reproche qui semble revenir assez fréquemment touche, cette fois, à l’écran embarqué. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, les Google Glass sont incapables de s’adonner aux joies de la réalité augmentée. Pourquoi ? Tout simplement à cause de la taille et de l’emplacement de l’écran. Ce dernier ne recouvre pas l’intégralité du champ de vision de l’utilisateur, et il se limite ainsi à afficher des données en haut et à droite. Notez cependant qu’il n’y a rien de surprenant à cela et il suffisait de toute façon de se pencher sur les premières caractéristiques communiquées par la firme pour le savoir.

Enfin, il y a la question du capteur. Comme vous le savez peut-être déjà, les Google Glass sont équipées d’un capteur de 5 mégapixels. Et si les performances de ce dernier semblent très convenable dans des conditions de luminosité idéales, il semblerait que les choses se corsent très vite dès que la lumière vient à manquer.

Est-ce que les Google Glass sont un mauvais produit pour autant ? Je ne le pense pas, même si je n’ai pas eu l’occasion de les tester en vrai. Ces lunettes n’en sont pour le moment qu’à leurs premiers balbutiements et il est encore trop tôt pour les juger.

Via