Google interdit aux applications sur Play Store de vendre de la marijuana

Cela fait un moment qu’il est possible d’acheter de la marijuana en ligne, souvent via des applications dédiées. Pour les outils qui se trouvent sur Play Store, Google a décidé de ne pas leur faciliter les choses.

Le géant américain a en effet instauré une nouvelle règle interdisant les applications qui « facilitent » la vente de marijuana.

Dans un entretien avec The Verge, un porte-parole explique que les applications ne seront pas bannies de Play Store, mais devront respecter les nouvelles règlementations en vigueur. Pour ce faire, la firme de Mountain View a indiqué travailler avec les développeurs des applis concernées.

Le site Android Police rapporte que cette décision de Google est liée à une volonté de rendre Play Store beaucoup plus adapté aux enfants et aux mineurs.

Les stratégies appliquées par Google

Interrogé par The Verge, Google a expliqué que les applications vendeuses de marijuana sur son Play Store pouvaient continuer à faire la promotion de leurs produits. Elles « doivent simplement déplacer le flux du panier d’achats hors de l’application elle-même pour se conformer à cette nouvelle stratégie. »

Pour les utilisateurs qui ont des questions ou qui craignent que cette nouvelle règle ait des répercussions sur leurs habitudes sur Android, Google s’est montré rassurant : « nous avons été en contact avec de nombreux développeurs et travaillons avec eux pour répondre à toutes vos questions techniques et les aider à mettre en œuvre les modifications sans perturber les clients. »

Les revendeurs réagissent

Cette nouvelle règle de Google n’est pas sans conséquence pour les applications de recherches de marijuana, telles qu’Eaze et Weedmaps.

Un porte-parole d’Eaze s’est d’ailleurs exprimé sur le sujet : « la décision de Google est un développement décevant qui aide uniquement le marché illégal à prospérer, mais nous sommes confiants que Google, Apple et Facebook finiront par agir comme il convient et permettront aux sociétés de cannabis légales de faire des affaires sur leurs plateformes. Nous regrettons en tout cas les inconvénients que cela pourrait causer aux clients et aux patients. »

La décision de Google semble cependant irréversible. À noter que le géant n’est pas le seul à prendre des initiatives contre la vente de drogues et stupéfiants sur sa plateforme. C’est également le cas d’Apple qui interdit strictement « de faciliter la vente de marijuana, de tabac ou de substances contrôlées » ou « d’encourager la consommation de produits du tabac, de drogues illicites ou de quantités excessives d’alcool » via des applications sur son App Store.

Mots-clés googlemarijuana