Google a licencié une autre spécialiste de l’éthique de l’IA

Google vient de mettre Margaret Mitchell à la porte. Il s’agit de la chercheuse qui a codirigé la division éthique de l’IA de la firme jusqu’à son licenciement vendredi dernier. Margaret Mitchell se trouve donc actuellement dans la même situation que son ancienne collègue Timnit Gebru.

Cette dernière affirme avoir été licenciée en décembre après avoir publié les résultats d’une recherche sur les biais des systèmes d’intelligence artificielle de Google. La firme de Mountain View dit cependant qu’elle avait démissionné. Quant à Mitchell, elle a annoncé son licenciement sur Twitter le 19 février 2021. Sans donner plus de détails, elle a juste écrit « Je suis virée ».

Une page de recherche ouverte sur Google Chrome

Photo de Christian Wiediger – Unsplash

Google a confirmé que Mitchell disait la vérité. Selon le géant du web, la chercheuse en éthique de l’IA a perdu son poste suite à une violation du code de conduite et des politiques de sécurité de l’entreprise.

Mitchell s’est rangée du côté de son ancienne collègue Gebru

Depuis un bon bout de temps, Mitchell essaye de rendre justice à sa consœur Gebru, qui, selon elle, a été traitée de manière discriminatoire. À cette fin, la chercheuse spécialisée dans les biais de l’IA a créé un script des courriers électroniques qu’elle a échangé avec son ancienne collègue, ce qui a incité Google à enquêter sur la façon dont elle utilise son e-mail professionnel. Au même moment, la filiale d’Alphabet a bloqué le compte Google de Mitchell.

La chercheuse a par la suite envoyé une lettre à  l’équipe de presse de Google dans laquelle elle fait valoir que « la façon dont le Dr Gebru a été licencié n’est pas correcte, ce qui a été dit à ce sujet n’est pas correct, et l’environnement qui a conduit à ce licenciement n’était – et n’est – pas correct ».

Google sur le point de modifier ses politiques de recherche et d’inclusion

La veille du licenciement de Mitchell, Google a annoncé la fin de l’enquête sur le départ de Timnit Gebru. Sans partager les points essentiels des résultats des investigations, le chef de la division IA de Google, Jeff Dean a fait une simple déclaration.

« J’ai entendu, et je reconnais ce que signifie le départ de Dr Gebru pour les femmes technologues, la communauté afro-américaine et les autres groupes sous représentés qui poursuivent une carrière dans la tech (…) Certains ont remis en question leur place ici, et je le regrette », a-t-il dit aux employés de la firme.

Google avait en outre annoncé des changements dans ses politiques de recherche et d’inclusion.

Mots-clés googleIA