Google Maps va bientôt montrer les frontières… en fonction de votre localisation

Google Maps affichera bientôt les frontières en fonction de la localisation de l’utilisateur. En faisant ainsi, Google espère pouvoir résoudre la confusion autour des frontières contestées.

Le géant de l’internet apportera bientôt des retouches à son service de cartographie en ligne. Cela permettra à Google Maps d’afficher les limites géographiques d’un pays en fonction de la localisation de l’utilisateur. Si un pays prétend qu’un territoire lui appartient, les habitants de ce pays verront bien cela dans l’application. Par exemple, la région du Cachemire qui fait l’objet d’une contestation entre les autorités indiennes et pakistanaises depuis plus de 50 ans s’affichera différemment selon que l’on se trouve en Inde ou au Pakistan.

Une carte routière

Crédits Pixabay

Un internaute indien verra cette zone comme faisant partie de l’Inde, alors qu’au Pakistan et dans le monde, on verra des lignes pointillées, indiquant qu’il s’agit d’une frontière faisant l’objet d’une dispute.

Bref, avec ce changement, Google cherche à mieux adapter Google Maps au contexte politique réel de chaque pays.

Google Maps, une application qui se veut d’être neutre

Interrogé par le Washington Post au sujet de ce changement à venir, Ethan Russell, directeur de la gestion des produits pour Google Maps, a souligné que Google s’efforce de rester neutre vis-à-vis des questions liées aux frontières contestées.

« Nous restons neutres sur les questions des régions et des frontières contestées, et nous nous efforçons d’afficher objectivement le litige dans nos cartes en utilisant une ligne de bordure grise en pointillés. Dans les pays où nous avons des versions locales de Google Maps, nous respectons la législation locale lors de l’affichage des noms et des frontières », a expliqué le haut responsable.

Un changement qui sera le bienvenu

Le moins qu’on puisse dire est que ce changement sera le bienvenu, d’autant qu’il devrait aider à apaiser les conflits autour des frontières qui font actuellement l’objet d’une dispute entre différentes nations.

Reste à savoir à quel moment Google compte le déployer. Rappelons qu’Apple a déjà fait pareil en novembre dernier pour la région de la Crimée. Sous pression de Moscou, l’éditeur d’iOS a retouché sa carte pour faire en sorte que cette dernière apparaisse comme faisant partie de la Russie lorsqu’on est en Russie, alors qu’à l’étranger, elle s’affiche comme faisant partie de l’Ukraine.

Mots-clés googlegoogle maps