Google accusé de mettre un frein à ses programmes de diversité et d’inclusion

Il y a quelques jours, NBC News a rapporté que Google avait mis un terme à trois programmes de diversité : Sojourn, DEI et Allyship 101. Bien qu’un porte-parole de la firme ait expliqué que Sojourn s’est avéré être trop compliqué à déployer au niveau mondial et que les deux autres programmes ont été inclus dans un nouveau processus de formation différent, des sources proches de l’affaire ont rapporté une autre interprétation des décisions de Google.

Elles déclarent effectivement que Google a réduit l’effectif des personnes travaillant sur les programmes internes de diversité et d’inclusion. Et qu’en plus, l’entreprise avait externalisé les postes liés à la diversité qui étaient auparavant occupés par des employés à plein temps. Mais ce n’est pas tout, les dirigeants de Google auraient également découragé les employés d’utiliser le mot « diversité » en arguant que les conversations sur le sujet pourraient devenir problématiques.

Crédits Pixabay

Des propos et interprétations que Sundar Pichai, le PDG d’Alphabet, a totalement réfutés dans une interview sur The Vergecast.

Sundar Pichai se veut rassurant

S’exprimant sur le rapport concernant la réduction des programmes de diversité et d’inclusion chez Google pour apaiser les critiques de la part des conservateurs, Sundar Pichai a assuré que :

La diversité est une valeur fondamentale pour nous. Compte tenu de l’échelle à laquelle nous fabriquons des produits et du fait que nous le faisons localement pour nos utilisateurs, nous sommes profondément déterminés à avoir cette représentation dans nos effectifs. Ce que nous faisons dans l’entreprise est constamment à notre échelle. Nous regardons cela en premier, nous regardons ce qui fonctionne, ce que nous pouvons améliorer. Tout ce que je peux dire, c’est que nous avons probablement investi plus de ressources dans la diversité aujourd’hui qu’à aucun autre moment de notre histoire en tant qu’entreprise.

Google accusé de discrimination à l’encontre des conservateurs blancs

Mais si la position des conservateurs est évoquée, c’est parce qu’en 2017, il y eut une controverse en ce qu’un employé, du nom de James Damore, avait été licencié après avoir écrit une note de service arguant que les femmes étaient biologiquement moins intéressées par la technologie par les hommes. Suite à son renvoi, Damore et trois autres personnes ont intenté une action contre Google pour discrimination présumée à l’encontre des hommes conservateurs blancs. De plus, certains politiciens conservateurs – dont Donald Trump – ont menacé de sanctionner Google pour avoir pris des décisions de modération « anti-conservatrices » sur des plateformes comme YouTube.

Interrogé sur le fait que les décisions de Google aient peut-être été influencées par ces critiques conservatrices, Sundar Pichai a tranché :

Écoutez, nous n’apportons aucune limite à nos efforts en matière de diversité. Je pense que ce sont deux choses indépendantes. (…) Nous avons définitivement fait des efforts pour nous assurer que l’entreprise peut tenir compte des différents points de vue et personne ne se sent exclue de l’entreprise, quels que soient leurs points de vue politiques.

Espérons juste que ce ne soient pas que des vœux pieux…

Mots-clés google