Google ne recommande pas l’installation de ses applications sur les smartphones Huawei non certifiés

Voilà plusieurs mois que la guerre fait rage entre Huawei, constructeur chinois, et le gouvernement américain. La firme est accusée par Donald Trump d’être un danger pour la sécurité des USA et pratiquer un espionnage massif. Une accusation qui revient très souvent à l’encontre de Huawei et refait surface aujourd’hui avec une nouvelle déclaration de Google. Car pour rappel, la société américaine propose le système d’exploitation mobile Android, lui-même utilisé par Huawei. Mais face aux sanctions des USA, Huawei ne peut plus proposer les applications Google sur ses modèles. Autant dire une épine dans le pied du géant chinois sur lequel la société américaine a décidé de revenir.

C’est Engadget qui nous révèle cette information et les recommandations de Google à propos du boycott de Huawei.

Le Huawei Mate 30 Pro en pleine action

Car même si Google veut toujours travailler avec Huawei, elle déconseille d’installer ses applications sur des smartphones non certifiés du constructeur chinois.

Google joue la carte de la sécurité

La situation est compliquée pour Huawei. Malgré sa place de numéro deux mondial en termes de smartphones vendus, ce dernier ne peut plus proposer les applications Google, et donc le Play Store. Et pour rappel, c’est sur cette boutique officielle que se trouve une majorité des logiciels populaires, comme les réseaux sociaux : TikTok, Facebook, Instagram, Twitter, etc. Les messageries passent également à la trappe, comme WhatsApp ou Telegram, ainsi que les jeux (PUBG, Fortnite…), les services de streaming (Spotify, Netflix…).

Et puisqu’il faut désormais pour les utilisateurs de smartphones Huawei récents passer par diverses manipulations pour profiter d’applications Google, la firme américaine préfère prévenir. Cette dernière explique qu’il est fortement déconseillé d’effectuer ces démarches, car les applications courent le risque de ne pas bien fonctionner puisque les appareils ne sont pas certifiés et que la sécurité “a été compromise”. Sans oublier que certains logiciels pourraient être vérolés et mettre en danger le possesseur du smartphone Huawei.

Mais Google profite également de ce communiqué pour confirmer toujours travailler avec Huawei, notamment pour les smartphones datant d’avant mai 2019. Ces derniers, tout en respectant les sanctions, continuent de profiter des mises à jour au niveau de la sécurité mais également des services de la firme américaine. Google promet continuer tant que la loi l’autorisera. Côté Huawei, la firme chinoise semble toujours bosser sur sa propre boutique en remplacement du Play Store.