Google+ pourrait prochainement autoriser les pseudonymes

Là, c’est sûr, la nouvelle risque de faire rire jaune un paquet de monde. Faut dire aussi qu’au lancement de Google+, pas mal d’internautes ont eu la désagréable surprise de voir leur compte supprimé du jour au lendemain par Google. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils avaient osé utiliser un pseudonyme au lieu de leur véritable identité. Un comble, on est bien d’accord mais le “pire” reste à venir puisqu’on vient tout juste d’apprendre que Google+ pourrait prochainement autoriser les pseudonymes… Pour le moment, rien n’est encore sûr, on est bien d’accord, mais faut avouer qu’on peut se demander où souhaite en venir la firme.

Google+ pourrait prochainement autoriser les pseudonymes

Et attention, parce que l’information ne vient pas de n’importe qui. Non, c’est un certain Vic Gundotra qui s’est exprimé sur la question à l’occasion du Web 2.0 Summit. Sachant que le gars est quand même le responsable de la branche Google+ de la firme, on peut supposer qu’il sait de quoi il parle. Enfin en tout cas on l’espère, hein… Donc selon lui, même si l’utilisation de pseudonymes est un peu compliqué et risque de “changer l’atmosphère” du nouveau réseau social de Google, il n’exclut pas de faire marche arrière et d’offrir la possibilité aux internautes de préserver leur anonymat. Faut dire aussi que tout le monde ne peut pas forcément s’exprimer librement.

L’autre information lâchée par Gundotra, c’est tout simplement l’arrivée prochaine des applications tierces pour Google+. Ca risque de prendre encore un peu de temps mais on devrait prochainement voir débarquer une plateforme dédiée aux développeurs et leur permettant de diffuser leurs créations. C’est une nouvelle importante parce que cette initiative permettra bien évidemment au service de prendre son envol et de se rapprocher encore un peu plus de Facebook.

Voilà pour les grandes lignes. Pour finir, on précisera que Gundotra en a bien évidemment profité pour balancer une petite claque sur les fesses de Facebook en critiquant ouvertement son Open Graph. Et ça, franchement, ce n’est pas une grande surprise, non ?

Via

Mots-clés googlegoogle plus