Google rassure : Stadia ne va pas disparaître

Depuis plusieurs générations, le marché du jeu vidéo est dominé par trois géants : Microsoft (Xbox), Nintendo et Sony (PlayStation). C’est toujours le cas aujourd’hui et se faire une place comme support de jeu n’est jamais aisé. Alors autant dire que lorsque Google a annoncé se lancer, beaucoup de joueurs attendaient le géant au tournant. Finalement, la firme de Mountain View n’a pas commercialisé de console mais a décidé de se reposer sur une nouvelle technologie, le cloud gaming. Ce qui vous permet, en gros, de jouer à des jeux qu’importe le support avec une simple connexion Internet, en streaming. En novembre 2019 est lancée la plateforme de Google, appelée Stadia. Deux ans plus tard, les objectifs ne semblent pas avoir été atteints.

Google a notamment décidé de fermer son studio, tirant un trait sur les exclusivités de Stadia avec un service sans véritables arguments forts.

Le contrôleur de Google Stadia

Photo de Cristiano Pinto – Unsplash

Malgré cette déconvenue, Google veut rassurer : Stadia n’est pas mort.

Google promet, Stadia est toujours en vie

Google a déjà tiré un trait sur d’anciens projets ambitieux dans le passé, le meilleur exemple étant Google+. Un réseau social pensé pour enterrer Facebook (ou du moins lui grappiller de grosses parts) et finalement disparu. Alors autant dire que l’arrêt de Stadia serait peu étonnant alors que d’autres services semblent plus populaires, comme xCloud (Microsoft) et Nvidia GeForce Now. Sans oublier que Google a fermé les portes de Stadia Games & Entertainment, qui aurait dû créer des jeux exclusifs pour la plateforme de cloud gaming.

Mais comme l’explique Nate Ahearn, haut responsable chez Stadia, le service « est vivant et se porte bien ». Mieux encore, l’homme ajoute que 100 nouveaux jeux arrivent cette année et que de nombreux partenariats sont réalisés avec des acteurs historiques du jeu vidéo. On parle de Capcom, Electronic Arts, Ubisoft ou encore Square Enix. Sans doute remonté à bloc, Nate Ahearn offre cette réponse à ceux « qui n’ont pas confiance ». Un manque de modestie qui ne manquera pas de faire réagir les détracteurs de Stadia (et plus généralement du cloud gaming).

Nate Ahearn précise également que finalement, Stadia créera des jeux mais que ces derniers ne seront pas exclusifs au service. Bien évidemment, cette déclaration optimiste est à prendre avec des pincettes. Car rappelez-vous, le dirigeant de Stadia, Phil Harrison, n’avait pas songé à prévenir les employés de Stadia Games & Entertainement de la fermeture du studio. Ces derniers l’ont appris dans la presse…

Mots-clés googlegoogle stadia