Google renonce à l’imagerie satellite de Terra Bella

Alphabet, le holding du groupe Google, cède son pôle d’imagerie satellitaire à Planet Labs. Il s’agit de Terra Bella, la filiale que la firme a acquise en juin 2014 pour 500 millions de dollars. Anciennement appelée Skybox Imaging, Terra Bella est une branche dédiée à l’imagerie satellite. Elle servait notamment à alimenter Google Map ou Google Earth et à proposer internet dans certaines zones.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. En tout cas, il est clair que la maison mère de Google souhaite réduire ses ambitions dans l’offre d’accès à internet par satellite. Elle remet donc les sept satellites SkySat en orbite à Planet Labs. Cette dernière est également une société américaine spécialisée dans le même secteur.

Google Terra Bella

Google a finalement décidé de renoncer aux satellites de Terra Bella.

Google veut néanmoins garder une certaine main mise dans le domaine de l’espace. Il a en effet signé un contrat commercial de cinq ans de validité avec la firme acquéreuse.

Une volonté de désengagement

Depuis le mois d’octobre dernier, le géant du web américain a affiché sa volonté de réduire de 9 % l’effectif des employés de Google Fiber. Le groupe q également annoncé son intention de prendre du recul sur certains marchés. Concrètement, il veut amoindrir ses services dans les réseaux haut débit aux États-Unis.

Cette « pause » lui permettra de perfectionner son approche stratégique.

La contrepartie de la transaction est qu’une partie du capital de Planet Labs revient à Google. Visiblement, Alphabet souhaite garder la main sur ses activités satellitaires tout en laissant à ses concurrents opérer dans le domaine. Un schéma similaire s’est déjà produit. C’était lorsque la maison mère a décidé de prendre des parts dans SpaceX. Celle-ci prévoit d’offrir un accès Internet mondial via le lancement de plus de 4 000 satellites.

Planet Labs prend le relais

Outre la cartographie, Planet Labs propose des images satellites pour des acteurs de l’écologie, de l’industrie et de l’agriculture. L’acquisition de Terra Bella lui permettrait alors de renforcer sa place sur cette partie du marché.

D’ailleurs, il lui sera possible de conquérir de nouveaux segments de marché comme celui de la finance ou de l’assurance. La start-up pourrait également se lancer dans les services d’aide en cas de catastrophes naturelles.

Ainsi, Planet Labs prend le relais et reprend les affaires en main. L’équipe, constituée de soixante employés, de Terra Bella lui sera désormais rattachée. Will Marshall, co-fondateur et CEO de la start-up, se montre confiant par rapport aux perspectives d’avenir. « Nous avons longtemps admiré ce que l’équipe de Terra Bella a réalisé », a-t-il ajouté.

Pour ce mois de février, l’entreprise envisage de mettre en orbite 88 satellites supplémentaires.

Crédits Image : Terra Bella

Mots-clés alphabetgoogle