Google se servirait de sociétés écrans pour obtenir des remises de taxes

Selon le Washington Post, le géant du web Google se serait caché derrière des sociétés-écrans pour gagner des allègements fiscaux. Ces mêmes sociétés secrètes l’auraient aidé à acquérir un grand nombre de terres sur l’ensemble du territoire américain. Une autre entreprise de renommée internationale, Amazon, a été citée.

Apparemment, celle-ci aurait demandé une subvention de 1,2 milliard de dollars contre l’installation d’un nouveau bureau à New York.

Baisse prix Xbox One

Les noms de Sharka LLC et de Jet Stream LLC sont mentionnés dans la publication du Washington Post. La première société aurait permis à Google de percevoir une bonne dizaine de millions de dollars d’impôts, tandis que la deuxième serait intervenue dans l’achat d’un terrain sis à Midlothian, dans le Texas. Et encore, ce ne sont là que des exemples.

Cette révélation mettrait selon nos confrères en évidence le manque de transparence fiscale de Google. Elle interpelle aussi les autorités compétentes sur la recrudescence des transactions de ce genre.

Se cacher derrière des sociétés-écrans est devenu monnaie courante

Par le biais de la société Sharka LLC, Google a réussi à créer un nouveau centre de données à Midlothian.

En outre, selon le Post, le leader mondial des moteurs de recherche interdisait à ses sociétés-écrans de divulguer à qui que ce soit qu’il se cachait derrière les accords. En pure perte, visiblement.

Une fois l’affaire conclue, Sharka LLC s’est empressé de modifier son adresse principale. Vous comprendrez bien évidemment qu’il s’agit de l’adresse du siège social de Google à Mountain View en Californie. Pour ce qui est des travaux, ils ont commencé en automne dernier.

Des pratiques trop répandues

Pour se défendre des reproches faits à son égard, Google a répondu que passer par des sociétés-écrans est « une pratique courante dans le secteur ». Une affirmation confirmée par Greg Leroy, l’actuel directeur exécutif de Good Jobs First. Selon lui, « lorsque les entreprises procèdent à des recherches sur des sites, c’est presque toujours une affaire secrète ».

La réputation de Google en prend un sacré coup. L’on vient alors à se demander si les administrations locales n’ont pas leur mot à dire quand une entreprise de taille comme Google décide de créer des infrastructures sur leur territoire.

Mots-clés google