Google Stadia enrichit son line-up, avec 22 jeux au total

Google Stadia ouvrira ses portes demain, après une attente de plusieurs mois. La tension est donc à son comble, d’autant que le service a été la cible de vives critiques ces derniers temps. En cause notamment, un line-up jugé comme trop peu attrayant. Or justement, Google a visiblement décidé de réagir puisque la firme vient d’annoncer l’intégration de 10 nouveaux jeux à son catalogue, pour un total de 22 titres.

À l’origine, certains de ces titres n’étaient pas attendus avant l’année prochaine, mais les partenaires concernés ont réussi à les boucler avec un peu d’avance et Google en a donc profité pour les intégrer au line up de lancement de son nouveau service.

Une manette de gamer.

Crédits Pixabay

Un choix finalement très logique compte tenu des nombreuses remarques acerbes dont a fait l’objet Stadia ces derniers temps.

12 titres pour Google Stadia

A l’origine, donc, Google Stadia devait intégrer pas moins de douze titres, et plus précisément Assassin’s Creed Odyssey, Destiny 2 The Collection, Gylt, Just Dance 2020, Kine, Mortal Kombat 11, Rise of the Tombr Raider, Red Dead Redemption 2, Samurail Shodown, Thumper et Tomb Raider 2013.

Si la liste était tout à fait honorable, elle n’était cependant pas assez dense pour déclencher l’enthousiasme général. Ce sont donc dix nouveaux titres qui vont venir rejoindre le catalogue de Google Stadia à son lancement.

À savoir : Attack on Titan Final Battle 2, Farming Simulator 2019, Final Fantasy XV, Football Manager 2020, Grid 2019, Metro Exodus, NBA 2K20, Rage 2, Trials Rising et Wolfenstein Youngblood.

Aucun changement pour le modèle économique

Comme vous pouvez le constater, il y a quelques têtes connues dans le lot, et également de belles surprises. Je pense notamment à Rage 2 qui a rencontré un franc succès depuis son lancement et qui nous tiendra occupés pendant pas mal de temps.

Du moins à condition d’y mettre le prix. Et là, finalement, on rebondit sur le deuxième gros défaut de Google Stadia : son coût. Non content de payer un abonnement pour avoir la possibilité d’accéder au service, les abonnés devront également remettre la main à la poche pour chaque titre. Google a ainsi opté pour un modèle économique se rapprochant davantage des consoles classiques que des services comme le Xbox Game Pass. Un choix qui n’est pas du goût de tout le monde et qui risque d’être un frein pour l’adoption du service.

Mots-clés googlegoogle stadia