Google Street View critiqué pour avoir caché les graffitis de protestation à Hong Kong

Dire que le régime de Xi Jinping ne fait pas l’unanimité en Chine serait un euphémisme. Les critiques lancées à l’encontre du Chef d’Etat chinois fusent de toute part et ne sont pas prêtes de s’arrêter, surtout après l’adoption de la loi très controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong.

Pour faire entendre sa voix, la population chinoise a choisi de s’exprimer à travers des graffitis qui ont été réalisés lors de manifestations prodémocratie. À Hong Kong, il est maintenant difficile de faire abstraction de tous ces graffitis. Toutefois, comme le rapporte le site Hong Kong Free Press, ces inscriptions n’apparaissent pas dans Google Street View.

Le logo de Google en lettres colorées

Photo de Mitchell Luo – Unsplash

Comme vous pouvez vous en douter, la dissimulation de ces graffitis a valu à Google de nombreuses critiques.

Des graffitis qui visent directement Xi Jinping

Sur les photos publiées par Hong Kong Free Press, on peut voir les graffitis qui ont été floutés sur Google Street View. Ils ont été inscrits en lettres noires et s’étendent le long d’un pot de fleurs qui se trouve à Nathan Road, dans le quartier de Yau Ma Tei.

Les messages laissés par les manifestants visent directement Xi Jinping et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils n’ont pas pesé leurs mots. Sur l’un des graffitis, on peut lire : « Libérez Hong Kong, la révolution de notre temps. »

Un autre message demande « la mort de Xi Jinping pour le bien du monde. »

À lire aussi : Baladez vous dans le New York des années 40

Google s’explique et rejette la faute sur ses algorithmes

Face aux critiques qu’il s’est attirées, le géant du web s’est expliqué en déclarant que le floutage de ces graffitis sur Google Street View n’était pas intentionnel. D’après la firme de Mountain View, cela serait en fait dû à une erreur commise par ses algorithmes.

« Notre système de floutage automatique masque les visages et les plaques d’immatriculation de façon à rendre l’identification impossible, mais il semble que, dans ce cas précis, il n’ait pas bien fonctionné. »

En explorant d’autres endroits de la ville de Hong Kong, on peut voir que certains graffitis laissés par les manifestants n’ont pas été floutés par le service de navigation. Cela prouve donc que les algorithmes de Google Street View se sont bel et bien emmêlé les pinceaux.

À lire aussi : Un homme condamné à cause de Google Street View