Google Street View sert aussi à repérer les bâtiments à risque

Google Street View ne sert pas uniquement à se promener virtuellement à travers le monde ou bien à espionner ses voisins. La solution peut aussi aider à repérer les bâtiments à risque, et plus précisément les bâtiments susceptibles de s’effondrer en cas de séisme. La preuve par l’exemple.

La Nouvelle-Zélande est située sur la ceinture de feu du Pacifique, une région très exposée aux séismes. D’après les informations communiquées par les autorités, le territoire subirait ainsi une moyenne de quinze mille secousses sismiques par an.

Street View Séisme

En 2011, le pays a été frappé par un séisme de magnitude 6,2, avec un épicentre situé en bordure de la ville de Lyttleton.

La Nouvelle-Zélande, un pays très exposé aux risques sismiques

Les dommages ont été conséquents. Christchurch, la seconde plus grande ville du territoire, a ainsi subi d’importants dégâts, des dégâts qui ont provoqué plusieurs éboulements et qui ont même fait s’effondrer – en partie – la flèche de la cathédrale de la ville.

En tout, les sauveteurs ont comptabilisé pas moins de 180 victimes.

Le Malborough District Council a donc choisi d’avoir une démarche proactive en cherchant à identifier les bâtiments les plus dangereux de son territoire… et donc susceptibles de s’écrouler en cas de séisme.

Ne pouvant dépêcher des centaines d’inspecteurs sur place, le conseil a choisi de s’appuyer sur un service très connu pour faire une première sélection : Google Street View.

En réalité, l’identification de ces bâtiments s’est faite en deux temps.

Dans une première phase, le conseil a utilisé ses propres cartes afin de cibler les bâtiments comportant le plus de risque. Toutefois, pour affiner la sélection, il a ensuite utilisé le service de Google afin d’analyser sur pièce les habitations, fonds de commerce et entrepôts concernés.

Une méthode qui fonctionne

Tony Adamson, le responsable en charge de la mise en conformité des bâtiments gérés par le conseil, est revenu sur le process à l’occasion d’une entrevue menée par Stuff. Il a notamment indiqué que sa méthode lui a permis d’identifier plusieurs bâtiments comportant des risques.

Google Street View ne lui sert d’ailleurs pas uniquement à repérer les bâtiments dangereux. Grâce à la solution, lui et son équipe peuvent aussi déterminer l’impact que pourrait avoir leur effondrement sur les bâtiments et axes routiers situés autour.

Si l’homme a choisi de faire appel à la solution de Google, c’est avant tout pour des raisons pratiques. Comme il l’a indiqué, procéder à des vérifications sur place lui prendrait des années. Grâce à Street View, il n’a pas besoin d’effectuer des rondes sur le territoire.

En revanche, lorsqu’un bâtiment potentiellement dangereux est détecté, alors une visite in situ est organisée. Et si sa dangerosité est confirmée, alors son propriétaire est immédiatement contacté afin d’obtenir une évaluation technique de sa résilience sismique.