Google va analyser les données médicales de 1,6 million d’anglais

Google s’intéresse beaucoup au secteur de la santé en ce moment et il est visiblement bien décidé à passer à la vitesse supérieure. Il a effectivement négocié avec le Royal Free NHS Trust pour permettre à DeepMind, une de ses nombreuses entreprises, d’accéder aux dossiers médicaux de 1,6 million de patients anglais. Pas sûr que cela fasse plaisir à tout le monde.

Le Royal Free NHS Trust est un centre hospitalier regroupant pas moins de trois hôpitaux sur Londres. Il dépend du service de santé public et c’est sans doute aussi pour cette raison que cette nouvelle fait grincer quelques dents.

Deepmind Santé

Deepmind s’intéresse désormais à notre santé.

Les termes de l’accord n’ont pas été divulgués publiquement mais le site New Scientist est parvenu à s’en procurer une copie en contactant ses sources.

DeepMind va avoir accès aux données de plus d’un million de patients anglais

Cet accord prévoit de donner à DeepMind l’accès à toutes les données médicales des patients de ces établissements. Cela vaut pour ceux qui sont hospitalisés en ce moment même mais également pour toutes les personnes qui les ont fréquenté ces cinq dernières années.

Ce n’est pas la première fois que Google et le NHS travaillent ensemble. En février, DeepMind avait ainsi développé une application dédiée au traitement des maladies du foie. Cette fois cependant les choses sont un peu différentes car l’accord signé entre les deux partis ne prévoit aucune limite et le géant américain va donc pouvoir accéder à toutes les données du centre hospitalier.

Attention cependant car l’accord stipule aussi que Google n’aura pas le droit d’exploiter ces données pour ses autres activités.

Elles devront ainsi être stockées par une entreprise tierce basée au Royaume-Uni, une entreprise qui contrôlera les accès et qui s’assurera que le géant américain respecte bien les termes de ce contrat.

En outre, toutes ces données seront supprimées dès l’année prochaine, en septembre 2017, pour s’assurer qu’elles ne tombent pas entre de mauvaises mains.

Les entreprises privées s’intéressent de plus en plus à la santé

Si l’on en croit ce qui se murmure sur la toile, alors DeepMind serait en train de préparer une plateforme capable d’analyser des données médicales. Elle ne se limiterait d’ailleurs pas aux dossiers personnels des patients et elle se concentrerait ainsi sur les parcours de soins ou même les résultats d’examens.

A terme, elle pourrait aider le personnel médical à établir ses diagnostics et à traiter les patients.

Google n’est pas le seul à travailler sur un projet de ce type. IBM a ainsi conclu des partenariats avec plusieurs établissements américains pour aider les médecins à établir leurs diagnostics grâce à la puissance de calcul de Watson. Apple compte d’ailleurs lui aussi se tailler une part du gâteau avec la plateforme HealthKit.

Ces initiatives peuvent sembler prometteuses, mais elles sont aussi très critiquées par les défenseurs de la vie privée. Beaucoup de gens s’inquiètent en effet de voir des entreprises privées accéder à des informations aussi sensibles.