Google va faire un coup de ménage dans le Play Store

Google semble être de ceux qui aiment profiter de l’arrivée du printemps pour faire un grand coup de ménage chez eux. La firme vient en effet d’annoncer de nouvelles règles plus strictes pour les applications proposées sur le Play Store.

Ce n’est un secret pour personne, Android rencontre un succès fulgurant depuis son lancement. Portée par une bonne partie des constructeurs du marché, la plateforme a su s’imposer durablement sur le marché de la mobilité, ce qui s’est traduit par la naissance d’un véritable écosystème.

Crédits Pixabay

Un écosystème qui ne doit pas tout à Google. Si Android en est là où il en est aujourd’hui, c’est aussi grâce aux éditeurs et développeurs tiers.

Les développeurs vont devoir respecter de nouvelles règles sur le Play Store

Mais voilà, si la plupart d’entre eux respectent les règles de bienséance, d’autres ont parfois tendance à abuser de la relative liberté que laisse Google à ses développeurs. Et il faut que cela change.

Google indique ainsi sur le blog officiel consacré à Android que les développeurs souhaitant soumettre leur application sur le Play Store devront désormais se plier à de nouvelles règles strictes, notamment au niveau du nommage de leurs applications.

Certains éditeurs ont en effet pris la mauvaise habitude de détourner les informations méta associées à leurs outils pour attirer les clics, en intégrant par exemple des adjectifs au titre de leur application ou encore en modifiant leur nom afin de laisser penser que leur outil est numéro 1 d’un classement de la boutique.

Google part ainsi d’un exemple simple, celui d’une application baptisée “Crane : travel planner” et développée par une entreprise fictive du nom de TravelCompany.

Des règles qui seront appliquées à partir du second semestre 2021

Ces noms sont parfaitement acceptés sur le Play Store. En revanche, ce ne sera pas le cas de noms comme “Crane : top travel planner” ou même “#1 TravelCompany” qui sont jugés comme étant trop incitatifs par l’entreprise américaine. De même pour des noms comme “Crane : free travel planner” ou “NoAdsTravelCompany” qui cherchent cette fois à jouer sur la promotion d’offres ou de bons plans.

Google demande également aux développeurs et aux éditeurs de ne pas utiliser de majuscules ou d’emoji dans les noms de leurs applications ou dans celui de leur société.

Toujours dans le même ordre d’idée, la firme se montrera aussi plus stricte pour tout ce qui a trait aux images, aux graphiques, aux vidéos et aux captures d’écran accompagnant les fiches des applications.

Ces contenus devront en effet impérativement refléter l’application ou le jeu associé, mais aussi donner assez d’informations pour permettre aux utilisateurs de déterminer s’ils veulent ou non les installer.

Ces consignes seront appliquées à compter du second semestre de l’année et tous les contrevenants s’exposent bien entendu à des sanctions.