Google veut nous connecter avec des faisceaux lumineux

Malgré la fin du projet Loon d’Alphabet, la compagnie-mère de Google, l’entreprise ne compte pas s’arrêter dans ses recherches concernant une nouvelle façon de se connecter à Internet. Les résultats obtenus jusqu’ici vont en effet servir à un autre projet. Le projet Loon consistait à tester une technologie de connexion optique sans fil et à haut débit entre deux ballons, et cette technologie est actuellement utilisée par le nouveau projet Taara.

D’après une publication de Baris Erkmen, directeur en ingénierie du projet Taara, la technologie Wireless Optical Communications (WOC) est aujourd’hui en train de permettre d’avoir une connectivité à haut-débit entre les deux rives de la rivière Congo.

Google sur un ordinateur
Crédits Pixabay

Selon les informations, l’idée de Taara a germé après que l’équipe de Loon ait réussi à utiliser la technologie WOC pour transférer des données entre des ballons qui étaient séparés d’une distance de 100 km. L’équipe voulait ainsi étudier de quelle manière le système pouvait être utilisé au niveau du sol.

A lire aussi : Google : une astuce pour gagner du temps dans la recherche

Une technologie pour désenclaver

Dans le but d’explorer les applications potentielles de la technologie WOC, l’équipe d’Alphabet a établi une connectivité entre Brazzaville en République du Congo et Kinshasa en République Démocratique du Congo. Ces deux villes sont séparées par la rivière Congo et sont juste distantes de 4,8 km. Cependant, la connexion Internet coûte bien plus cher à Kinshasa puisque les fournisseurs doivent utiliser une connexion par fibre couvrant les 400 km de terrain autour de la rivière.

Le projet Taara a ainsi installé des relais qui peuvent créer une connectivité à haute vitesse à travers la rivière, pouvant relier Brazzaville et Kinshasa.  En 20 jours et avec une disponibilité de 99,9%, les relais ont pu transférer environ 700 To de données.

A lire aussi : 21 opérateurs pour devenir un dieu sur Google

S’adapter aux conditions météo

Selon les explications, les relais de Taara fonctionnent en se détectant mutuellement et en reliant leurs faisceaux lumineux pour créer une connexion Internet à haut débit. Il s’agit d’un système qui n’est pas vraiment idéal pour les endroits avec du brouillard. Toutefois, le projet a développé des outils qui peuvent estimer la disponibilité de la technologie WOC en se basant sur divers facteurs incluant la météo. A l’avenir, l’équipe pourra utiliser ces outils pour trouver les endroits où Taara fonctionnera le mieux.

Dans sa publication, Erkmen a déclaré qu’une meilleure précision de détection, des réponses environnementales automatisées, ainsi que de meilleurs outils de planification, permettront aux relais de Taara de fournir une largeur de bande à haut débit fiable à des sites inaccessibles pour la fibre. Ce sera un moyen de connecter des communautés qui n’ont pas accès aux moyens de connexion traditionnels.

Mots-clés google