GPR, une technologie qui permet de cartographier les sous-sols

Lorsqu’on parle d’étalement urbain, nous pensons généralement à ce qui peut être construit sur le sol et au-dessus du sol. Nous oublions souvent de prendre en considération ce qu’il y a en dessous du sol. Pourtant, la majorité de nos technologies de télécommunication fonctionnent grâce à des fils et des câblages qui sont enterrés dans le sol.

C’est en tout cas ce que démontre le rapport effectué par le Damage Information Reporting Tool en 2016, année durant laquelle on a répertorié plus de 395 000 incidents liés au défaut de détection des fils et autres matériaux conducteurs.

Le montant des dommages a frôlé les 1,5 milliard de dollars. Pour éviter ces pertes financières, les géographes, urbanistes et archéologues ont dorénavant recours au système de cartographie souterraine (GPR).

Une invention datant de 1910

La technologie GPR n’est pas une invention récente. Elle a été brevetée une première fois en 1910. Ce n’est que ces dernières années que son utilité a été prouvée et qu’elle a été rendue plus accessible et plus abordable. Cette technologie présente beaucoup de similitudes avec les technologies utilisées sur les appareils IRM.

Elle émet des impulsions radar non invasives à haute fréquence qui pénètrent non seulement le sol et la roche, mais aussi la glace et l’eau permettant de créer une véritable cartographie du sous-sol. Si les outils électromagnétiques permettaient auparavant de localiser les fils, les métaux et autres matériaux conducteurs non dissimulés, le GPR permet aujourd’hui de détecter sans creuser les tuyaux et câbles souterrains dissimulés sous le béton, l’argile et le plastique.

Une technologie utile, mais pas infaillible

Le GPR permet d’éviter les découvertes macabres comme celle effectuée par les ouvriers d’un bâtiment de Londres qui ont déterré quatre mille squelettes victimes de la peste en creusant autour d’une ligne de transit. Cette technologie permet également d’effectuer une meilleure étude de terrain, de prévoir les changements géologiques et de mieux placer les tuyaux souterrains.

Malheureusement, le GPR rencontre des difficultés lorsqu’il est utilisé sur des sols riches en sel et doit être manié uniquement par des professionnels bien formés en analyse et en collecte de données. C’est pour cela que les entrepreneurs ont décidé de rassembler toutes les informations relatives aux infrastructures souterraines détenues par les services publics, les municipalités et les entreprises privées dans un portail informatique accessible à toute organisation ayant un bâtiment dans une de ces zones qui ne peuvent pas être cartographiées par le GPR.

Toutefois, la plupart de ces organisations sont encore réticentes à l’idée de partager ces informations par crainte de la concurrence ou d’atteinte à la vie privée.