Grâce à son processeur, Google affirme avoir atteint la « suprématie quantique »

Le mercredi 23 octobre 2019, Google a annoncé avoir franchi un cap majeur dans le calcul quantique après avoir réussi à faire, en seulement trois minutes, un calcul qui aurait dû prendre 10 000 ans, grâce à un processeur quantique qu’il a conçu lui-même. D’après les ingénieurs de la firme et les chercheurs de l’Université de Santa Barbara, même les meilleurs supercalculateurs n’auraient pas pu obtenir un tel résultat.

Cela fait plusieurs années que Google tente d’arriver à ce résultat. La firme de Mountain View avait indiqué qu’elle y parviendrait à la fin 2017, puis en 2018. C’est finalement deux ans après ses prévisions que Google a atteint la « suprématie quantique. »

Le logo de Google dans un oeil

Crédits Pixabay (image recadrée)

Le processeur qui a réussi ce calcul a été baptisé Sycamore.

Google exulte

Pour les non-initiés, le concept de suprématie quantique n’est pas des plus faciles à comprendre. Jean-Paul Delahaye parle de la suprématie quantique comme d’un « parallélisme qui permet de faire plusieurs calculs à la fois. » On parle de suprématie quantique quand les ordinateurs quantiques arrivent à résoudre des problèmes en un court laps de temps alors que cela prendrait plus de temps avec des ordinateurs traditionnels.

Les dirigeants de Google ne sont pas peu fiers d’avoir réussi cet exploit avec leur processeur quantique qui compte 54 qubits. « C’est le signal que nous attendions. Cela a pris 13 ans pour en arriver là.

C’est l’étape la plus significative dans la quête de l’informatique quantique. » a écrit Sundar Pichai, le Directeur général de Google, sur son blog.

IBM joue les rabat-joie

Plusieurs personnes se sont réjouies de l’exploit réalisé par le processeur Sycamore, dont Ivanka Trump et elle l’a fait savoir sur les réseaux sociaux. « C’est officiel ! Les États-Unis ont atteint la suprématie quantique ! En collaboration avec le gouvernement Trump, @Google et l’Université de Santa Barbara, le processeur quantique Sycamore a réalisé un calcul en 3mn20s alors que cela aurait pris 10 000 ans à un ordinateur traditionnel. » a-t-elle écrit.

Toutefois, ce n’est pas tout le monde qui est ravi de l’accomplissement de Google. IBM, son principal concurrent, a décidé de jouer les rabat-joie en indiquant qu’il avait découvert un algorithme classique capable d’effectuer le même calcul que celui effectué par le processeur de Google avec une machine classique en deux jours et demi.

Il reste à vérifier si ce qu’IBM avance est vrai.

Mots-clés googleibm