Grâce à une découverte faite au Myanmar, on sait que les dinosaures aussi avaient des poux

Une étude publiée dans la revue Nature Communications a rapporté la découverte d’insectes préhistoriques, similaires à des poux dans l’ambre, au Myanmar, en Birmanie. Des plumes de dinosaures ont également été retrouvées sur place.

Chungkun Shih, un des auteurs de l’étude travaillant au National Museum of Natural History de Washington, a expliqué au micro de l’AFP que ces insectes ne se nourrissaient que de plumes de dinosaures, mais pas de sang, contrairement à ce qu’on pourrait penser.

Dinosaures Juras

Ces poux devaient infester une grande majorité de dinosaures. Il est à noter que les paléontologues ont déjà confirmé l’existence de plumes sur la plupart des représentants de cette espèce.

Faites connaissance avec le Mesophthirus engeli

Chungkun Shih a profité de son interview pour dresser une image détaillée de cet insecte qui a été baptisé Mesophthirus engeli. « Ce nouvel insecte, appelé Mesophthirus engeli, présente une série de caractères morphologiques des parasites externes : un minuscule corps sans aile, une tête avec de grosses pièces buccales faites pour mâcher, des antennes courtes et robustes… » a-t-il expliqué.

Les scientifiques ont indiqué que ces insectes avaient été extrêmement bien conservés dans l’ambre qui provient des sécrétions de végétaux fossilisés. D’après eux, ces poux seraient les « plus vieux insectes se nourrissant de plumes. »

Les recherches se poursuivent

À en croire Chungkun Shih, ces poux auraient jeté leur dévolu sur les plumes de dinosaures par dépit. « Il est probable que ces premiers parasites masticateurs se soient alors nourris de plumes d’oiseaux, en attendant de nouvelles découvertes. » Après la disparition des dinosaures, ces insectes ont dû modifier leur alimentation. Actuellement, les scientifiques essayent de mettre en lumière les relations qui pourraient exister entre les poux modernes et ceux des dinosaures.

Néanmoins, la découverte de deux plumes de dinosaures emprisonnées dans l’ambre où se trouvaient ces insectes ne serait pas suffisante pour tirer des conclusions. « Comme nous n’avons pas trouvé de Mesophthirus engeli associés à des plumes d’oiseaux, nous ne pouvons pas faire de conclusions formelles sur les relations évolutives entre les poux des oiseaux et ceux des dinosaures à plumes. » a expliqué Chungkun Shih.

Une reconstitution du Mesophthirus engeli a été publiée par les scientifiques dans la revue Nature Communications.

Mots-clés dinosaurepoux