Grâce aux prochains télescopes géants, nous saurons si des mondes extraterrestres peuvent survivre à la mort de leur étoile

Les naines blanches, ces étoiles que les astronomes qualifient d’étoiles mortes, se forment quand des étoiles arrivent à la fin de leur vie. Lorsqu’une étoile a consommé tout son carburant, elle s’effondre, puis se gonfle, à tel point qu’elle va avaler toutes les planètes qui se trouvent dans ses environs. Elle s’effondre alors de nouveau jusqu’à ce que sa taille devienne à peu près égale à celle de la Terre. La naine blanche est ainsi née, mais qu’advient-il des planètes qui l’orbitent ?

Dans un avenir proche, les astronomes pourront répondre à cette question grâce à de nouveaux instruments, les télescopes géants. Ces derniers, qui seront à la fois localisés à la surface de la Terre et dans l’espace, permettront d’étudier les atmosphères des exoplanètes, incluant les naines blanches, dans le but d’en savoir plus sur leur habitabilité.

Un téléescope géant créé pour observer les étoiles lointaines

Crédits Pixabay

Parmi ces instruments géants qui ne manqueront pas de révéler certains secrets de l’Univers, il y a l’ELT ou Extremely Large Telescope qui se trouve au Chili. Ce télescope fonctionne dans le domaine de la lumière visible et de la lumière infrarouge, et sera le plus gros télescope du monde.

Dans l’espace, on aura le James Webb Space Telescope qui se concentrera surtout sur le domaine des radiations infrarouges, et qui est déjà considéré comme étant le successeur de Hubble.

Chercher autour des naines blanches

Selon Lisa Kaltenegger, professeur associé en astronomie au College of Arts and Sciences et directeur du Carl Sagan Institute, c’est assez intriguant d’étudier les planètes rocheuses autour d’une naine blanche, car l’étoile a une taille à peu près équivalente à celle de la Terre.

Bien qu’ayant la même masse que le Soleil, les naines blanches sont en effet assez petites de taille, ce qui complique la détection des planètes qui passent devant elles. Toutefois, l’avantage c’est que la planète qui passe entre l’observateur et la naine blanche bloque une quantité significative de lumière, facilitant ainsi l’étude de son atmosphère.

D’après les astronomes, on pourra savoir si une exoplanète a survécu à la fin de son étoile en recherchant certains gaz dans son atmosphère. Par exemple, sur Terre, ces gaz pourraient comprendre le méthane, associé à l’ozone ou à l’oxyde nitreux.

Une lueur d’espoir

Bien qu’il soit possible de retrouver des signes d’habitabilité sur des planètes autour de naines blanches, les scientifiques indiquent que les conditions sur ces planètes pourraient être très dures. Toutefois, il est toujours possible que ces mondes offrent un environnement propice à une certaine forme de vie.

Sur Terre, on peut trouver des espèces vivant dans des endroits avec des conditions extrêmes comme une température très basse, ou encore une absence totale de luminosité. Certaines espèces vivent même sous le plancher océanique. Ainsi, il y a toujours une chance de trouver des signes d’habitabilité sur les planètes autour d’étoiles mortes, surtout à l’aide d’instruments puissants comme les télescopes géants.

Mots-clés astronomie