Gran Turismo 2 aurait pu accueillir (bien) plus de voitures

Connu pour être l’épisode ayant affiné et enrichi la première offre, Gran Turismo 2 peut en effet se targuer de proposer plus de 600 voitures pilotables par le joueur. Mais saviez-vous que le code du jeu comporte des véhicules ne s’étant finalement pas retrouvés dans la version définitive ?

Avec des volets semblant à chaque fois repousser des limites à la fois qualitatives et quantitatives, on aurait tendance à ne retenir que le dernier Gran Turismo sorti, ou du moins, le dernier paru sur une machine.

En grossissant les traits, la PlayStation a pu être la console du premier contact, la PS2 la plate-forme de la confirmation, la PS3 le support du ronronnement et la PS4 le lieu du rendez-vous presque manqué.

Un récent article de Jalopnik nous invite à revenir sur Gran Turismo 2, une suite sortie plus d’un an et demi après le volet original. Il ne s’agissait clairement pas d’une révolution, mais davantage d’une formule encore plus maîtrisée. Et, faut-il le préciser, un nombre encore plus conséquent de bolides attendait d’atterrir dans le garage du joueur.

Gran Turismo 2 : des voitures inédites inscrites dans le code du jeu

Le YouTubeur MattJ155 a récemment publié sur son compte une longue vidéo présentant des voitures qui auraient dû, auraient pu figurer dans Gran Turismo 2, mais qui ne s’y trouvent finalement pas. Les sources de ces véhicules sont multiples. On en trouve ainsi dans le code du jeu et dans des versions de démonstration peu avancées, et dans certains cas, ils se matérialisent seulement dans un logo ou dans des crédits.

MattJ155 fait entre autres référence au site The Cutting Room Floor, qui liste ces véhicules coupés sur la ligne de montage. Parmi eux, la Ford Escort RS2000, plusieurs Porsches RUF, une voiture de sport Dodge Stratus, la Mercedes-Benz AMG C55, la Renault Sport Spider, la Volkswagen Golf TDI ou encore les Pagani Zonda C12 et C-12S.

Pour un certain nombre de voitures mentionnées dans les sources ci-dessous, on a pu les retrouver dans d’autres jeux de course de l’époque, voire même dans des épisodes ultérieurs de Gran Turismo. Avec tant de constructeurs et de modèles entre les mains, on comprend alors mieux pourquoi Polyphony Digital a eu tant de mal à inclure la gestion des dégâts, timidement présente depuis Gran Turismo 5.

Mots-clés gran turismo 2