Grèce : on a peut-être retrouvé des tombes de princes et princesses

Deux tombes antiques qui contenaient de précieux artéfacts ont été découvertes sur le site de Pylos, en Grèce. Pour effectuer les fouilles, les archéologues ont dû évacuer une végétation foisonnante et environ 40.000 grosses pierres qui protégeaient les caveaux des pilleurs. Des bijoux et des restes humains finement sculptés y ont été trouvés à l’intérieur. Les murs ont également été ornés de feuilles d’or.

« Je pense que ces tombes auraient appartenu à une famille princière ou à des personnes très raffinées. C’était à l’époque où les produits de luxe et les objets importés étaient très rares », a déclaré Jack Davis, professeur et archéologue à l’université de Cincinnati. Il codirige l’équipe qui a découvert les tombes.

Pylos, en Grèce (Crédits Pixabay)

Pylos, en Grèce (Crédits Pixabay)

Jusqu’ici, les chercheurs ne peuvent que spéculer sur le nombre de corps qui s’y trouvaient et leur appartenance sociale. Actuellement, ils sont en train d’analyser les restes humains pour déterminer leur âge et leur sexe.

De précieux vestiges d’une lointaine époque

Les tombes datent d’environ 3 500 ans. À cette époque, la civilisation mycénienne a prospéré en Grèce continentale et en Crète. Les Mycéniens ont édifié des palais massifs et développé un système d’écriture appelé Linéaire B.

« Les sépultures, larges de 8,5 et 12 m, ont été construites en profondeur. L’une plonge jusqu’à 4,5 m et présente une forme de tombe à coupole ou tholos. C’est un arrangement très répandu dans l’architecture de la civilisation mycénienne qui évoluait en Grèce à la fin de l’âge de bronze », a expliqué Sharon Stocker, archéologue de l’université de Cincinnati.

Les bijoux présentent des motifs complexes. Il y avait un pendentif sur lequel était dessinée Hathor, une déesse égyptienne protectrice des morts. Des lions qui se tiennent debout devant un autel orné d’une étoile à 16 branches ont également été sculptés sur une pierre d’agate. Ce même motif est apparu sur un autre objet en bronze et en or.

« Une étoile à 16 pointes est rare dans l’iconographie mycénienne. Le fait de trouver ces représentations sur de différents matériaux est une exception », a déclaré Sharon Stocker.

Une importante agglomération commerciale

Cette découverte pourrait permettre de mieux comprendre les activités commerciales entretenues par les Mycéniens avec d’autres régions. Les archéologues envisagent de poursuivre les travaux de recherche pendant au moins deux ans.

La stèle en agate, le pendentif en or ainsi que les fragments d’ambre, d’améthyste et de cornaline supposent que Pylos était bien plus important qu’on ne le pensait auparavant. Par le biais de son port, la cité aurait joué un rôle prédominant pendant la civilisation mycénienne. Elle aurait été le centre des échanges commerciaux avec l’Égypte et le Proche-Orient vers 1500.

« Pylos est  un endroit reculé qu’il faut traverser des montagnes pour y parvenir. Mais un passage par la mer semble logique et rend le lieu bien plus central et important. Elle mène vers l’Italie », a expliqué Sharon.

Mots-clés archéologie