L’US Army travaille sur une nouvelle grenade

L’US Army a commencé à travailler sur une nouvelle grenade tactique, pour la première fois depuis 40 ans. Elle succédera à la M67 et elle proposera pas moins de deux modes de mise à feu, pour des résultats très différents. Les soldats auront en effet le choix entre un mode choc ou un mode fragmentation.

La grenade à main est née en Chine sous la Dynastie Song entre 960 et 1279. Elle se présentait sous la forme d’un récipient en céramique ou en métal rempli de poudre noire, avec un système de mise à feu très sommaire.

Grenades US Army

L’US Army bosse sur une nouvelle grenade.

Les premiers modèles n’étaient pas très fiables et les chinois ont développé en 1221 de nouvelles grenades en s’appuyant cette fois sur de la fonte.

La grenade est née en Chine

Elles ont mis pas moins de deux siècles avant d’arriver en Europe.

Les soldats étaient équipés de grenades pendant la Première Guerre Mondiale mais elles manquaient cruellement d’efficacité et elles n’étaient pas très utilisées. Il a fallu attendre la Seconde Guerre Mondiale et les conflits suivants pour qu’elle se démocratise.

L’armée américaine utilise les mêmes grenades depuis la fin des années 60 : les M67. Elles ont été développées à partir de la M33 et elles peuvent être lancées à une quarantaine de mètres environ. Leur mèche met entre trois et cinq secondes à s’allumer. Lorsqu’elles explosent, elles projettent tout autour d’elles des centaines d’éclats de Shrapnel produits à partir de leur coque.

Ces grenades sont assez simples à utiliser. Le soldat doit commencer par retirer l’anneau de sûreté puis il doit placer le levier entre son pouce et son index pour retirer l’épingle. Ensuite, il ne lui reste plus qu’à la lancer pour éjecter la cuillère et libérer du même coup le percuteur qui viendra frapper l’amorce et allumer la mèche.

Le problème de cette grenade, c’est qu’elle présente aussi un risque pour le lanceur puisque le rayon de dispersion des éclats est clairement supérieur à la distance à laquelle un soldat peut la lancer. C’est précisément ce qui a poussé à travailler sur un nouveau modèle.

ET-MP : deux modes d’utilisation différents

La grenade ET-MP ressemble beaucoup à la M67 mais elle va un peu plus loin que cette dernière. Tout comme indiqué un peu plus haut, elle propose deux modes d’explosion différents.

Pour les activer, le soldat n’aura qu’à tourner la tête de la grenade dans un sens ou dans l’autre pour basculer du mode fragmentation (similaire à celui de la M67) au mode choc.

Quelle est la différence entre les deux ? Dans le second cas, la grenade ne projettera pas de fragments de métal autour d’elle et elles se contentera ainsi d’une simple onde de choc. Une onde dotée d’un rayon d’action beaucoup plus faible.

Peu de gens le savent mais les dernières grenades de ce type remontent à la guerre du Vietnam.

Durant ce conflit, l’armée américaine avait effectivement équipé ses soldats de grenades MK3A2 mais elle s’était rapidement rendue compte qu’elles présentaient de nombreux risques pour ses troupes. L’enveloppe externe de la grenade contenait effectivement de l’amiante. Elle a donc choisi de détruire ses stocks en 1975 et de la remplacer par des grenades à fragmentation.

Ce n’est évidemment pas le seul avantage de l’ET-MP. Cette grenade est en effet ambidextre et elle pourra ainsi être utilisée indifféremment par des gauchers ou des droitiers. En outre, elle sera équipée d’un système de mise à feu électronique bien plus fiable que le système de mise à feu mécanique intégré à la M67.

Crédits Photo

Mots-clés insolite