Guérir de l’obésité grâce à un patch

Vous en avez marre des régimes qui vous font gagner plus de poids que vous n’en avez perdu ? Fatigué de vous priver pour au final ne perdre qu’un gramme? La solution à vos problèmes de poids a été trouvée. En effet, des chercheurs de l’université de Columbia aux États-Unis ont créé un patch cutané capable de brûler les graisses.

Ce patch utilise les nanotechnologies pour transformer la graisse blanche qui emmagasine l’énergie en graisse brune qui la brule. Ces patchs cutanés diffusent dans le corps des médicaments pouvant soigner l’obésité et le diabète.

Patch poids

Les résultats des recherches effectués par les scientifiques ont été publiés dans la revue médicale ACS Nano le vendredi 15 septembre 2017.

Testés sur des souris

Pour l’instant, les patchs n’ont été testés que sur des souris. Les scientifiques ont posé les patchs sur des cobayes souffrant d’obésité pendant quatre semaines.

Deux patchs ont été placés sur les zones grasses des rongeurs. L’un des patchs était pensé pour la lutte contre le diabète et l’autre était en revanche un placebo.

À l’issue de cette expérience, les chercheurs ont noté une réduction de 20% de la graisse présente sur la zone où le patch a été appliqué. Le taux de glucose présent dans le sang des souris a aussi diminué. Les soins prodigués par les patchs favorisent également la consommation d’oxygène d’environ 20%.

Un patch aux aiguilles microscopiques

Pour que tout le monde puisse avoir une idée du mode de fonctionnement de ce patch cutané, le professeur agrégé d’ingénierie biomédicale, Zhen Gu a expliqué que « Le patch est une méthode non invasive qui pourrait réduire les poches de graisse par rapport à la liposuccion. » Effectivement, le patch est doté d’une dizaine d’aiguilles microscopiques qui peuvent délivrer le médicament sous forme de nanoparticules d’à peu près 250 nanomètres de diamètre.

Selon le professeur Zhen Gu, « Il ne devrait pas seulement être utilisé de façon esthétique, mais serait une alternative plus sûre au traitement des maladies métaboliques telles que l’obésité et le diabète. »

Maintenant, l’objectif des chercheurs est d’effectuer des tests sur des êtres humains. Aucun calendrier n’a encore été annoncé par les scientifiques en charge du projet.

Mots-clés médecinesanté