La Guerre des mondes d’Orson Welles a aujourd’hui 75 ans

C’était le 30 octobre 1938, il y a aujourd’hui tout juste 75 ans. Orson Welles se retrouve sur CBS et se fait alors passer pour un présentateur de la radio américaine afin de mettre en scène une adaptation du roman de H.G. Wells, La Guerre des mondes. Mais parmi les auditeurs, certains y croient et, pour eux, il ne s’agit pas d’une simple adaptation mais bel et bien d’une véritable annonce : c’est sûr, les Martiens sont en train d’envahir la planète. Et comme dans ces cas-là, il est de bon ton de paniquer, les auditeurs de CBS ne se gênent pas pour le faire et vont alors appeler la radio mais aussi les commissariats pour reporter leur rencontre avec des Martiens.

Le canular a fonctionné, Orson Welles devient alors célèbre à travers tous les États-Unis, ce qui aura pour effet de lui ouvrir les portes de sa carrière qui a suivi. Trois quarts de siècle plus tard, et plus de 28 ans après la mort de Welles, on en parle encore !

La Guerre des mondes

Aujourd’hui, difficile de penser qu’un tel canular puisse fonctionner : avec Internet et les différents médias qui s’offrent à nous, il faudrait que le monde entier soit dans le coup pour que ça marche, ce qui est tout simplement impossible (même si les théoriciens du complot ne se gêneront pas pour nous dire le contraire). Mais à l’époque, les conditions ne sont pas tout à fait les mêmes : les médias ne sont pas omniprésents, il était coutumier de s’en tenir à une seule source d’information.

Pour autant, il faut aussi relativiser : l’émission de Welles n’a en réalité pas eu autant d’effet que ce que l’histoire a retenu. Finalement, le nombre total de personnes qui y ont cru a été largement exagéré, notamment grâce au bouche à oreille qui a suivi. Mais cette dernière vision des choses n’entache pas pour autant “l’anecdote” qui reste toujours aussi sympathique à raconter, comme l’ont montré les Simpson dans la troisième partie de l’épisode “Simpson Horror Show XVII“, “Le jour où la terre a eu l’air stupide“.

Illustration : Frank R. Paul

Mots-clés funinsolite