Guide : trouver son Chromebook

Annoncé le 7 juillet 2009, Chrome OS est un système d’exploitation développé par Google. Sa particularité est qu’il est uniquement basé sur des applications en ligne, provenant du Chrome Web Store. Il est, en quelque sorte, un OS « avant-gardiste ». Pour rappel, Chrome OS est basé sur un noyau Linux, comme Android, également détenu par la firme de la Silicon Valley ! Un an plus tard, en décembre 2012, le géant du web sortait un prototype de Chromebook, le Cr-48, non-commercialisé. Le premier vrai Chromebook est celui construit par Samsung, qui a, par la suite, laissé place à deux nouveaux produits sud-coréens. Aujourd’hui, de nombreux netbooks ou ultrabooks sous Chrome OS sont proposés, tous fabriqués par Lenovo, Acer, HP, Samsung et même Google en personne. Ce guide a pour objectif de vous aider à trouver le Chromebook idéal pour votre utilisation.

L’intérêt d’un Chromebook est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une fiche technique extraordinaire pour faire tourner correctement l’OS. Effectivement, l’expérience ne se passant quasiment que sur Internet, une architecture de tablette, par exemple, peut largement suffire. Évidemment, les marques les plus malignes essaieront de nous vendre un processeur d’ordinateur de bureau mais cela semble strictement inutile pour l’instant… Ainsi, de par cette faible demande de puissance, le prix est beaucoup moins onéreux. C’est pourquoi l’Acer C7 se retrouve à seulement 249€. A titre indicatif, c’est le tarif d’une Nexus 7 2012 de 32 Go et WiFi. Les produits bénéficient, donc, d’un rapport qualité/prix défiant toute concurrence, hormis le Chromebook Pixel dont le prix s’élève à 1299$ pour la version WiFi !

Par ailleurs, il existe, depuis mai 2012, des ordinateurs de bureau sous Chrome OS proposés par Samsung et Acer. Ils se distinguent des Chromebooks par des spécifications techniques plus alléchantes, évidemment. Leur point fort, c’est qu’ils coûtent autant que les ordinateurs portables sous Chrome OS. Le modèle de Samsung est, par exemple, vendu pour 329$. Leur autre atout est leurs dimensions ≈ 206 x 206 x 40 mm pour 0.8 kg du côté de l’aîné toujours. Il s’agit d’une simple box en quelque sorte. Et l’on ne croit pas si bien dire puisque les ordinateurs de bureau sous Chrome OS sont surnommés les Chromeboxes. Hélas, ces produits ne sont pas encore commercialisés en France. L’Acer Chromebox, elle, en est encore au stade de rumeur. J’ajouterai que ces mini-PC peuvent être transformés en box pour la télévision s’ils y sont connectés par un câble DVI, DisplayPort, HDMI ou VGA selon les modèles.

Samsung Chromebook

Le Chromebook de Samsung.

Samsung Chromebook : Le netbook polyvalent et abordable

Successeur de 2 autres Chromebooks fabriqués par la firme asiatique, le Samsung Chromebook, sorti en octobre 2012, est certainement le meilleur Chromebook grand public. Ses qualités sont nombreuses, on distingue son format ultra-compact pour un poids minime, son clavier parfaitement adapté à Chrome OS, son autonomie correcte, et son rapport qualité/prix impressionnant. En parlant de tarif, cet ordinateur est proposé à seulement 299€ pour l’unique version française et 329$ pour la déclinaison 3G, indisponible en dehors des États-Unis.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES :

  • Écran à rétroéclairage LED de 11.6 pouces en résolution 1366 x 768 pixels, d’une luminosité de 200 nits, au format 16/9 et offrant 135 ppi
  • Processeur Samsung Exynos 5250 (cache de 1 Go) double-cœur cadencé à 1.7 GHz, basé sur un SoC ARM Cortex-A15 et accompagné d’un GPU ARM Mali-T604 quadruple-cœur d’une fréquence de 533 MHz
  • 2 Go de mémoire vive de type DDR3L SDRAM, d’une fréquence de 800 MHz et avec une bande passante de 12.8 Go/s
  • Chrome OS
  • Disque dur SSD interne de 16 Go en technologie e.MMC iNand et 100 Go d’espace de stockage sur le cloud Google Drive offerts
  • Webcam frontale de 0.3 mégapixel filmant en VGA (640 x 480 pixels)
  • Bluetooth 4.0 et WiFi 802.11 a/b/g/n double-bande
  • Compatibilité avec les réseaux mobiles 3G en option pour 80$ supplémentaires (329.99$) uniquement aux USA
  • DC-in (1 x), Haut-parleurs (2 x, 1.5 W x 2, stéréo), HDMI (1 x), Jack 3.5 mm (1 x, 2-en-1 écouteurs / micro), SD (1 x, 3-en-1 SD / SDHC / SDXC) et USB (1 x USB 3.0 , 1 x USB 2.0)
  • Clavier de 74 touches équipé d’un touchpad multi-touch
  • Batterie interne inamovible au polymère lithium-ion de 4080 mAh, de 30 Wh, divisée en 2 cellules et avec 40 W de puissance d’alimentation maximale
  • Autonomie annoncée de 6 heures 30
  • Dimensions de 289.6 x 208.5 x 16.8 ~ 17.5 mm pour un poids de 1.1 kg

Dommage que l’appareil soit équipé d’un mauvais écran et d’un design plastique « cheap » qui n’est pas des plus élégants. Enfin, notons que la version 3G n’est vendue qu’aux USA.

POINTS FORTS :

  1. Rapport qualité/prix satisfaisant
  2. Facile à transporter grâce à sa légèreté
  3. Clavier bien pensé
  4. Autonomie suffisante

POINTS FAIBLES :

  1. Pas de déclinaison 3G en France
  2. Piètre qualité de l’écran
  3. Design tout en plastique un peu « cheap »
Acer C7

Le Acer C7.

Acer C7 : Le Chromebook le moins cher

En novembre dernier, Acer commercialisait l’Acer C7, le Chromebook le plus abordable du marché Chrome OS. Pour la modique somme de 249€, ce PC offre 320 Go d’espace de stockage et une connectique complète.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES :

  • Écran à rétroéclairage LED de 11.6 pouces en résolution 1366 x 768 pixels, d’une luminosité de 200 nits, au format 16/9 et offrant 135 ppi
  • Processeur Intel Celeron 847 (cache de 2 Go) double-cœur cadencé à 1.1 GHz, basé sur un SoC x86-64 et accompagné d’un GPU Intel HD Graphics d’une fréquence de 350 MHz
  • 2 Go de mémoire vive de type DDR3 SDRAM
  • Chrome OS
  • Disque dur SATA interne de 320 Go et 100 Go d’espace de stockage sur le cloud Google Drive offerts
  • Webcam frontale de 1.3 mégapixel filmant en HD (1280 x 720 pixels)
  • WiFi 802.11 a/b/g/n double-bande
  • Ethernet (1 x, 10 / 100 (Fast) / 1000 (Gigabit), RJ-45), Haut-parleurs (2 x, stéréo), HDMI (1 x), Jack 3.5 mm (1 x, 2-en-1 écouteurs / micro), VGA (1 x), SD (1 x, 2-en-1 SD / MMC) et USB (3 x USB 2.0)
  • Clavier équipé d’un touchpad multi-touch
  • Batterie interne amovible au polymère lithium-ion de 2500 mAh, de 37 Wh, divisée en 4 cellules et avec 40 W de puissance d’alimentation maximale
  • Autonomie annoncée de 3 heures 30
  • Dimensions de 284.5 x 203.2 x 27.9 pour un poids de 1.4 kg

Si le prix est peu onéreux, les défauts, eux, sont tout de même existants : la faible autonomie, le disque dur assez lent, les performances insatisfaisantes, l’absence de 3G et le design plastique sont les plus grosses déceptions pour cette machine.

POINTS FORTS :

  1. Connectique complète
  2. Rapport qualité/prix admissible
  3. 320 Go d’espace de stockage

POINTS FAIBLES :

  1. Faible autonomie
  2. 3G non prise en charge
  3. Disque dur relativement lent
  4. Performances un peu en retrait
  5. Trop de plastique tue le plastique
Chromebook HP

Le Chromebook HP.

HP Chromebook Pavilion : L’ordinateur portable familial

Lancé sur le marché en février 2013, le HP Chromebook Pavilion s’impose grâce à son écran excellent, qui est d’ailleurs le plus grand de la gamme Chromebook. C’est, en quelque sorte, le Chromebook qui confère le meilleur confort d’utilisation puisqu’il est aussi équipé d’un grand clavier satisfaisant. Quant à son coût, il s’élève à 299.90€, ce qui lui offre un bon rapport qualité/prix.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES :

  • Écran à rétroéclairage LED de 14 pouces en résolution 1366 x 768 pixels, d’une luminosité de 200 nits, au format 16/9 et offrant 112 ppi
  • Processeur Intel Celeron 847 (cache de 2 Go) double-cœur cadencé à 1.1 GHz, basé sur un SoC x86-64 et accompagné d’un GPU Intel HD Graphics d’une fréquence de 350 MHz
  • 4 Go de mémoire vive de type DDR3 SDRAM et d’une fréquence de 1333 MHz
  • Chrome OS
  • Disque dur SSD interne de 16 Go et 100 Go d’espace de stockage sur le cloud Google Drive offerts
  • Webcam frontale de 0.4 mégapixel filmant en HD (1280 x 720 pixels)
  • Bluetooth 3.0 et WiFi 802.11 a/b/g/n double-bande
  • Ethernet (1 x, 10 / 100 (Fast), RJ-45), Haut-parleurs (x 2, son Altec Lansing, stéréo), HDMI (1 x), Jack 3.5 mm (1 x, 2-en-1 écouteurs / micro), SD (1 x, 4-en-1 SD / SDHC / SDXC / MMC) et USB (3 x USB 2.0)
  • Clavier équipé d’un touchpad multi-touch
  • Batterie interne amovible au polymère lithium-ion de 2500 mAh, de 37 Wh, divisée en 4 cellules et avec 65 W de puissance d’alimentation maximale
  • Autonomie annoncée de 4 heures 15
  • Dimensions de 347 x 238 x 21 mm pour un poids de 1.8 kg

Le bougre américain comprend le même CPU que le Acer C7, l’Intel Celeron 847. Il livre des performances insuffisantes pour les plus lourdes tâches qui lui seront demandées sur le net. Le design de l’ordinateur laisse à désirer : les finitions ne sont pas géniales et le plastique est trop présent. Enfin, la bête est bien trop lourde et encombrante pour pouvoir satisfaire un professionnel en déplacement.

POINTS FORTS :

  1. Écran convaincant
  2. Rapport qualité/prix correct
  3. Grand clavier agréable

3. POINTS FAIBLES :

  1. Processeur quelque peu faiblard
  2. Toujours du plastique
  3. Finitions à revoir
  4. Trop encombrant et lourd
Chromebook Lenovo

Le Chromebook de Lenovo.

Lenovo X131e : Le Chromebook pédagogique

Sorti en février 2013, comme le HP Chromebook Pavilion, le Lenovo X131e est un ordinateur portable assez spécial. En effet, il est destiné à être utilisé dans un cadre pédagogique, à l’école. L’idée est à applaudir, d’autant plus qu’elle s’appuie sur des atouts incontestables. On dénombre une bonne mémoire vive et une autonomie épatante. Cette autonomie serait équivalente à une journée scolaire, d’après le fabricant chinois. La machine seule est proposée à 429$ sur la version américaine du site Google. Il est, aussi, possible de s’offrir un supplément « Management console & support » pour 30$ de plus, à la même adresse. Concernant l’achat du produit, l’école devra prendre contact, visiblement en anglais, avec le service de vente, toujours au même endroit. Hélas, nous ne savons pas si l’appareil sera vendu en magasin.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES :

  • Écran à rétroéclairage LED de 11.6 pouces en résolution 1366 x 768 pixels, au format 16/9 et offrant 135 ppi
  • Processeur Intel Celeron 1007U (2 Go de cache) double-cœur cadencé à 1.5 GHz, basé sur un SoC x86-64 et accompagné d’un GPU Intel HD Graphics d’une fréquence de 350 MHz
  • 4 Go de mémoire vive de type DDR3 SDRAM et d’une fréquence de 1600 MHz
  • Chrome OS
  • Disque dur SSD interne de 16 Go et 100 Go d’espace de stockage sur le cloud Google Drive offerts
  • Webcam frontale filmant en HD (1280 x 720 pixels)
  • Bluetooth 4.0 et WiFi 802.11 a/b/g/n double-bande
  • Ethernet (1 x, RJ-45), HDMI (1 x, 1.4), Jack 3.5 mm (1 x, stéréo), VGA (1 x), SD (1 x, 4-en-1 SD / SDHC / SDXC / MMC) et USB (2 x USB 3.0, 1 x USB 2.0)
  • Clavier équipé d’un touchpad multi-touch et d’un TrackPoint
  • Batterie interne amovible au polymère lithium-ion de 62.4 Wh et divisée en 6 cellules
  • Autonomie annoncée de 7 heures 30
  • Dimensions de 293.4 x 216.0 x 32.3 mm pour un poids de 1.78 kg

Malheureusement, il y a quelques points noirs que nous pouvons reprocher à l’ordinateur. Le poids du PC semble exorbitant pour pouvoir se le trimbaler à longueur de journée. Même problème que le HP Chromebook Pavilion et l’Acer C7, le processeur ne devrait pas être assez puissant pour les processus les plus gourmands comme des gros jeux flash (après l’école, bien sûr) ou des vidéos en Full HD très lourdes.

POINTS FORTS :

  1. Autonomie exceptionnelle
  2. Bonne mémoire vive
  3. L’idée de s’intéresser à l’enseignement est à glorifier

POINTS FAIBLES :

  1. Un poil trop lourd
  2. Processeur pas génial
  3. Pas d’informations divulguées sur une possible commercialisation en magasin
Chromebook Pixel

Le Chromebook Pixel.

Google Chromebook Pixel : Le Chromebook de luxe

Commercialisé en février (WiFi) et avril (4G/LTE), le Chromebook Pixel est le tout dernier bijou de la gamme. Armé de ses nombreux avantages, il est, en quelque sorte, la vitrine de Chrome OS. Une sorte de modèle qui se démarque des autres par ses qualités, mais aussi son prix… 1299$ pour la déclinaison WiFi et 1499$ pour la version 4G/LTE, c’est exorbitant, bien plus que le dernier MacBook Air d’Apple dont le tarif s’élève à 999€ pour la version la plus « light » en 11 pouces. La comparaison est justifiée puisque les deux appareils se ressemblent sur un point crucial : le design ! Si le Pixel souffre de son tarif trop onéreux, il offre tout de même un design et des finitions splendides, un écran sensationnel dont la résolution est supérieure à une bonne partie de la concurrence (hormis les MacBook Pro Retina 15″ de 2880 x 1800 pixels évidemment), une option 4G/LTE, une finesse formidable (inférieure au MacBook Air 11″ : 16.2 contre 17 mm) et une vélocité convenable… Même trop tellement le système d’exploitation est peu gourmand. Si la puissance mise à disposition paraît excessive, il ne faut pas non plus la dénigrer, il s’agit d’un bon point.

D’autre part, remarquons que Google semble avoir tiré des leçons d’un de ses problèmes majeurs sur Android, celui de l’ultra-domination des parts de marché par Samsung. En nous proposant ce modèle luxueux, la firme américaine s’assure de garder une certaine marge de sécurité sur son partenaire coréen. Pas question de voler une autre fois la clientèle de Google côté Chrome OS ! Dommage que le prix soit vraiment trop haut, car un tarif très attractif, comme a pu le faire l’américain pour sa Nexus 7, aurait attiré bon nombre d’utilisateurs. C’est, donc, encore une erreur de la part de la firme de la Silicon Valley : les deux entreprises ne jouent pas dans la même cour. En effet, le Chromebook Samsung coûte, aux USA, 1050$ de moins que son concurrent américain. De quoi effrayer n’importe quel individu cherchant à s’offrir un ordinateur sous Chrome OS. Évidemment, gardons en tête que les deux machines ne sont pas du tout similaires en terme de spécifications techniques et de design.

Enfin, si les critiques sur le prix se font nombreuses, notez qu’un abonnement de 1 To pour 3 ans sur le cloud Google Drive vous est offert à l’achat du PC. A titre comparatif, les autres Chromebooks ne livrent que 100 Go pour le même abonnement mais pour une durée de 2 ans uniquement, c’est dix fois moins pour un an de moins ! Mais ce n’est pas tout, le Pixel vient également avec 12 séances gratuites de GoGo Inflight Internet, qui fournit de l’Internet haut débit en plein vol (d’avion) et 100 Mo par mois durant 2 ans pour un forfait réseaux mobiles haut débit Verizon Wireless avec le modèle 4G/LTE. Tous ces cadeaux rendent le prix un peu plus raisonnable, notons-le !

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES :

  • Écran tactile multi-touch de 12.85 pouces en résolution 2560 x 1700 pixels, d’une luminosité de 400 nits, au format 3/2 et offrant 239 ppi
  • Processeur Intel Core i5-3427U (cache de 3 Go) double-cœur cadencé à 1.8 GHz, basé sur un SoC x86-64 et accompagné d’un GPU Intel HD Graphics 4000 d’une fréquence de 350 MHz
  • 4 Go de mémoire vive de type DDR3 SDRAM et d’une fréquence de 1333 MHz
  • Chrome OS
  • Disque dur SSD interne de 32 (WiFi) ou 64 (4G/LTE) Go et 1 To d’espace de stockage sur le cloud Google Drive offerts
  • Webcam frontale filmant en HD (1280 x 720 pixels)
  • Bluetooth 3.0 et WiFi 802.11 a/b/g/n double-bande
  • Compatibilité avec les réseaux mobiles 4G/LTE en option pour 150$ supplémentaires (1449$)
  • Haut-parleurs (1 x, stéréo), Jack 3.5 mm (1 x, 2-en-1 écouteurs / micro), Mini DisplayPort (1 x), SD (1 x, 4-en-1 SD / SDHC / SDXC / MMC) et USB (2 x USB 2.0)
  • Clavier équipé d’un touchpad multi-touch
  • Batterie interne inamovible au polymère lithium-ion de 59 Wh
  • Autonomie annoncée de 5 heures
  • Dimensions de 297.7 x 224.6 x 16.2 mm pour un poids de 1.52 kg

Parmi les points faibles, ce PC nous déçoit par le manque de l’USB 3.0, l’indisponibilité en France et, comme dit plus haut, l’excès de puissance et le prix bien trop élevé.

POINTS FORTS :

  1. Design et finitions remarquables
  2. Écran impressionnant
  3. 4G/LTE compatible
  4. Vélocité appréciable
  5. Finesse admirable
  6. Différents cadeaux offerts plaisants

POINTS FAIBLES :

  1. Prix exorbitant
  2. Pas encore commercialisé dans nos contrées
  3. L’absence de l’USB 3.0 est regrettable
  4. Inutile d’intégrer un processeur si puissant sous Chrome OS

Conclusion

LES ATOUTS DE CHROME OS :

Ce qu’il y a de bien avec Chrome OS, c’est qu’il est simple et intuitif. Forcément, il y a un court temps d’adaptation, mais une fois le système bien pris en main, la navigation est rapide. Plus besoin de farfouiller dans les menus pour trouver une option de paramétrage, tout est à portée de main. En plus de cela, le système d’exploitation est vraiment très léger. Pour me répéter, cette faible gourmandise en ressources permet aux fabricants d’intégrer une architecture de terminal mobile, par exemple, tout en s’assurant que l’interface soit fluide. Toutefois, les constructeurs semblent vouloir tirer le processeur vers du très bas de gamme, tel que les Intel Celeron 847 et 1007U, qui ne sont pas suffisants pour les tâches les plus lourdes du web (jeux en ligne ou vidéos Full HD très lourdes). De ce côté, qui dit légers composants, dit aussi faible prix ! Et la gamme Chromebook n’échappe pas à la règle, tous les appareils cités dans l’article, sauf le Pixel et le Lenovo X131e vendus aux USA, sont compris entre 249 et 299.90€. Un tarif très attractif quand on sait que ça correspond à la tranche de prix moyens des tablettes d’entrée de gamme !

Enfin, malgré tous les défauts qu’on peut lui reprocher, Chrome OS est un système d’exploitation qui s’améliore progressivement, sous la houlette de Google. Le mode offline en est un exemple, passé de quasi inexistant, aux débuts de l’OS, à bien entamé, aujourd’hui. Notez, en revanche, que l’utilisation hors-ligne doit encore progresser !

  1. OS simple et intuitif
  2. Faible gourmandise en ressources
  3. Prix des Chromebooks modestes (à l’exception du Chromebook Pixel)
  4. Système et mode offline en progrès

LES INCONVÉNIENTS DE CHROME OS :

Chrome OS est, on peut se l’avouer, l’un des meilleurs systèmes d’exploitation pour le surf Internet grâce à ses nombreux atouts. Cependant, l’OS n’est clairement pas encore fini et les points à améliorer se font nombreux. Se porter vers Internet est une bonne chose, car il constitue l’avenir de la high-tech, mais il faut aussi savoir respecter les conventions de base du mode offline. Hélas, le bijou de Google est encore loin de remplir toutes ces règles qui le rapprocheraient encore plus des autres gros systèmes du secteur, tel que Windows ou Mac OS X. Par exemple, il existe, à l’heure actuelle, que très peu d’applications offline sur le Chrome Web Store. Cette nécessité constante d’être connecté peut rebuter certains utilisateurs, d’autant plus que les Chromebooks ne sont pas tous compatibles avec la 3G ou la 4G/LTE.

En outre, Chrome OS est également critiqué pour ses limitations que l’on ne retrouve pas chez Microsoft ou Apple. On parle ici de l’impossibilité d’installer des logiciels classiques, chose que Windows et Mac OS X font depuis belle lurette. Ici, ne comptez pas retrouver vos habituels Photoshop, Microsoft Office, Winrar. Pareil pour les jeux vidéos, vous serez obligé de vous coltiner des jeux en ligne qui ne vaudront jamais un bon World of Warcraft, entre autres. Concernant les programmes cités, il existe, toutefois, des équivalents en ligne, comme Pixlr Editor pour l’édition photo ou encore le célèbre Google Drive pour le traitement de texte. Les logiciels de décompression d’archives n’ont toujours pas d’équivalent, quant à eux. Bien que soutenu par Google, le Chrome Web Store reste, donc, encore un peu vide en l’absence de certains services connus.

Notons que des projets ont fait leur apparition depuis l’arrivée de Chrome OS, ceux-ci ont pour objectif de remédier aux problèmes du manque d’applications du Chrome Web Store. Parmi ceux-ci, on en deux distingue deux : Native Client et les Chrome Packaged Apps.

Pour expliquer rapidement ce que c’est, Native Client (ou NaCL) est une technologie open-source qui permet d’exécuter du code en langage C, C++, HTML, CSS ou bien JavaScript. Il existe, également, un module Native Client écrit dans un langage pris en charge par un compilateur NaCL. Le kit de développement (SDK) de Native Client est compatible avec les systèmes d’exploitation Windows, Mac, Linux et Chrome OS.

Les Chrome Packaged Apps, quant à elles, sont simplement des applications, comme celles du Web Store, codées en HTML5, CSS et/ou JavaScript mais qui fonctionnent en local, c’est-à-dire hors-ligne.

Ces types d’applications sont de bonnes idées et ils feront sans doute avancer Chrome OS. Hélas, les limitations et problèmes sont trop nombreux pour que ce soit vraiment intéressant.

Pour NaCL, étant donné que les logiciels sont intégrés au navigateur, les données passent, elles aussi, par Internet. Du coup, les connexions pas géniales pourront dire au revoir aux jeux vidéo et autres gros programmes qui envoient des données à un rythme fou !

De plus, l’assembleur en ligne doit être soumis au validateur Native Client et ça demande encore plus de travail aux développeurs.

Du côté des Chrome Packaged Apps, c’est un peu mieux !

Néanmoins, les styles CSS, images et polices, quant à eux, doivent être intégrés dans le package ou à une URL distante. Si c’est la deuxième possibilité qui est utilisée, on ne peut pas l’indiquer dans le code HTML. Alors, une manipulation pas franchement aisée est requise…

Par ailleurs, on ne sait pas combien de programmes de ces deux genres existent.

Ainsi, il reste, selon moi, encore des améliorations à apporter à ces deux technologies, mais elles ont le mérite d’exister. De toute façon, ça ne peut que faire progresser l’OS.

Par ailleurs, ne voyons pas le mal partout ! Google vient potentiellement de permettre à quiconque disposant de connaissances en HTML/CSS/JavaScript de développer et déployer rapidement des applications pour tout appareil faisant tourner Chrome. Que ce soit une tablette, un smartphone et même un ordinateur sous Windows, OS X ou Linux. La firme américaine ouvre, ainsi, des portes aux développeurs et leur facilite le travail. Cette astuce permet d’accroître la notoriété et l’utilité de ce navigateur déjà bien avancé.

  1. Nécessite constamment une connexion Internet / Mode offline encore trop en retrait
  2. Impossible d’installer des logiciels classiques
  3. Chrome Web Store encore un peu vide / Manque certains services réputés

QUEL CHROMEBOOK CHOISIR ?

  1. Le Chromebook Samsung semble être l’ordinateur portable d’étudiant idéal de par son prix raisonnable et sa polyvalence. Il peut aussi faire office de PC familial mais le HP Chromebook lui est préférable de ce côté-ci. En outre, un professionnel qui a besoin de travailler durant ses déplacements pourra en faire l’acquisition. Attention, toutefois, à privilégier le modèle 3G (uniquement disponible aux USA) et à s’assurer de posséder un forfait pour réseaux mobiles. Enfin, il est, à mon avis, le meilleur Chromebook grand public alliant polyvalence, praticité et tarif peu onéreux.
  2. L’Acer C7 semble être parfait pour les adolescents ou les plus petites bourses grâce à son prix très attrayant.
  3. Le HP Chromebook Pavilion peut être utilisé comme un ordinateur familial de bonne qualité puisqu’il intègre un grand écran sympathique.
  4. Le Lenovo X131e, quant à lui, prendra place dans le cartable d’un élève ou sur le bureau d’un professeur. Aucune information n’a été divulguée pour une éventuelle commercialisation en magasin, auquel cas un professionnel pourrait y trouver un intérêt pour ses voyages.
  5. Pour finir, le Chromebook Pixel est sans aucun doute la Rolls des Chromebooks pour les professionnels et les portefeuilles bien remplis.

Mots-clés chrome osgoogle