Hacker Fight : une belle parodie sur les hackers, les vrais

Le hacker est souvent dépeint comme un être à part dans les films et les séries. Un être capable d’enchaîner une centaine de lignes de commande à la seconde et de coder un virus en vingt minutes, dans un bus ou entre deux stations de RER. Oui, Hollywood aime bien les clichés et c’est précisément ce que dénonce avec humour White Lightning dans cette magnifique parodie. Fous rires garantis.

Je pense que tout le monde sera d’accord pour dire que le hacker a toujours occupé une place de choix dans le cœur des producteurs hollywoodiens, et encore plus depuis les frasques de Kevin Mitnick.

Parodie Hacker

Le vrai hacker voit toujours clair, même avec des lunettes de soleil.

Il faut dire aussi que ce dernier n’avait pas fait les choses à moitié.

Le hacker a toujours fasciné Hollywood

Après avoir hacké le central téléphonique COSMOS en 1980, il avait effectivement tenté de s’introduire dans le réseau du Pentagone en s’appuyant sur une machine d’une université californienne.

Manque de chance pour lui, les autorités avaient rapidement remonté sa trace et la police l’avait interpellé sur le campus de son établissement avant de le placer dans un centre de détention situé à Stockton. Du haut de sa petite vingtaine, Kevin avait alors fait la une des plus grands journaux américains et la population avait brusquement pris conscience de la détermination – et du talent – des hackers.

Les producteurs hollywoodiens ont très vite compris qu’ils avaient une carte à jouer et ils nous ont gratifiés de plusieurs films dans les années suivantes. Parmi les plus connus, on peut citer WarGames (1983) le Hackers de Iain Softley (1995, mon préféré) ou même Intraçable (2008), mais il y en a eu beaucoup d’autres.

Petit à petit, le hacker a fini par devenir un personnage récurrent, un personnage présent dans la plupart des grosses productions et notamment dans tous les films ayant un rapport de près ou de loin avec le petit milieu de l’espionnage.

Une parodie qui envoie du lourd

Beaucoup de films en parlent, donc, et la plupart d’entre eux présentent le hacker sous le même angle. Il est généralement jeune, anarchiste, asocial et il comprend tellement bien les machines qu’il est presque capable de leur parler.

Et puis, il y a eu Matrix. Là, d’un coup, le hacker s’est transformé en une sorte de super héros vraiment cool, un super héros ne quittant que très rarement sa paire de lunettes de soleil réfléchissante et son pardessus en cuir.

Les clichés ont donc évolué au fil des années, mais ils sont toujours présents et ils ne sont pas près de disparaître. Non, et c’est précisément ce qui a poussé White Lighning à réaliser cette magnifique parodie, une parodie qui risque de faire marrer pas mal de monde, et peut-être même les hackers eux-mêmes.