Halloween et les pranks ne font pas bon ménage

Un malencontreux incident s’est récemment produit dans une maison hantée de Nashville Nightmare, en Tennessee, aux États-Unis. Quatre jeunes gens y étaient allés pour une fête d’Halloween. À un moment de la soirée, un inconnu déguisé en squelette et portant un chapeau de paille aurait abordé Tawnya Greenfield, une fille du groupe. Il lui aurait donné un couteau et ordonné de poignarder l’un de ses amis.

Après avoir passé à l’acte, cette dernière s’est rendu compte que ce qu’elle tenait dans la main était une vraie arme blanche.

Meurtre

C’est alors que la soirée s’avéra être beaucoup plus terrifiante que prévu. James Yochim, 29 ans, qui a reçu le coup de couteau dans le bras, commença à perdre du sang.

Heureusement, les urgentistes n’étaient pas loin et la victime a immédiatement été emmenée à l’hôpital pour blessure légère. Actuellement, l’enquête est en cours et le responsable de la farce n’a pas encore été appréhendé.

Elle aurait cru que c’était une mise scène

L’incident a eu lieu vendredi dernier, dans la maison interactive de Nashville Nightmare. Celle-ci est ouverte, chaque année, spécialement pour Halloween.

La femme qui a poignardé son ami a juré ne pas avoir eu l’intention de lui faire du mal. Elle aurait vraiment cru qu’il ne s’agissait que d’un faux couteau et que le prankster était un employé de l’établissement.

Elle aurait même parié que ce n’était qu’une mise scène orchestrée par les organisateurs. Pour se justifier, Tawnya a affirmé qu’elle a même plaisanté en criant « ah ah ah ».

Un des employés de l’attraction populaire ?

L’inconnu lui aurait demandé « est-ce qu’il se fout de toi ? » et elle aurait répondu « oui » tout en riant. Il lui aurait ensuite tendu le couteau en disant : « Alors voici. Poignarde-le.» Cette version a été confirmée par deux autres amis de la victime.

La compagnie a affirmé être en train d’enquêter sur l’affaire.

Elle suspecterait un employé qui, depuis l’incident, a été mis à pied. « Nous avons mis en place des protocoles de sécurité robustes, notamment des détecteurs de métaux et du personnel médical et de sécurité sur place », a assuré un porte-parole.

« Nous revoyons tous nos protocoles de sécurité avec l’ensemble de notre personnel, car la sécurité de tous nos clients est toujours notre principale préoccupation. La police ne nous a pas contactés, mais nous coopérerons pleinement avec toute enquête officielle », a-t-il ajouté.