Harvard : HAMR-JR, son microrobot insecte a désormais la taille d’un sou

Bonne nouvelle pour le secteur de la robotique : des ingénieurs de la Harvard John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences (SEAS) et du Harvard Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering ont fait une grande avancée dans leurs recherches. Ils sont en effet parvenus à concevoir un robot de la taille d’un penny américain !

Baptisé « HAMR-JR », le prototype est en fait une version mini du HAMR (Harvard Ambulatory Microrobot). Son design et son fonctionnement présentent l’étonnante particularité d’être inspirés des insectes, plus particulièrement des cafards.

Robots

Crédits Pixabay

Le petit robot a eu droit à une présentation virtuelle lors de la conférence internationale sur la robotique et l’automatisation (ICRA 2020), mais aussi à un article sur le site web du SEAS.

Pas plus grande qu’une pièce de monnaie

Le microrobot HAMR-JR fait la moitié de la taille de son « grand frère », le HAMR. Nous avons ainsi affaire à une toute petite machine poids plume. Se mouvant sur quatre pattes, le robot fait seulement 2,25 cm de long, et ne pèse que dans les 0,3 gramme à tout casser.

Pour construire le microrobot, les chercheurs ont utilisé le même procédé que pour les origamis : ils ont découpé son châssis dans une feuille en 2D qu’ils ont ensuite repliée pour obtenir une structure 3D. Il s’agit aussi du même procédé pour la construction du HAMR.

Dans tous les cas, les résultats obtenus sont là ! « La partie merveilleuse de cet exercice est que nous n’avons rien eu à changer par rapport à la conception précédente », s’est réjoui Kaushik Jayaram, co-auteur des recherches. « Nous avons prouvé que ce processus peut être appliqué à pratiquement n’importe quel appareil de différentes tailles. »

À lire aussi : En Corée du Sud, un café a embauché des robots baristas

Un microrobot extrêmement agile !

En plus d’être aussi petite qu’une pièce de monnaie, le microrobot HAMR-JR présente également la particularité d’être très agile : il est en effet capable de trotter, sauter ou encore bondir en avant ou en arrière, mais aussi à gauche ou à droite, le tout avec une grande agilité.

Le robot peut également se mouvoir très rapidement, pouvant ainsi se vanter de faire parties des plus petits et rapides microrobots jamais fabriqués à ce jour. Comme l’explique Robert Wood, chercheur à la SEAS, également co-auteur des recherches : « ce nouveau robot démontre que nous avons une bonne compréhension des aspects théoriques et pratiques de la réduction des robots complexes à l’aide de notre approche d’assemblage basé sur le pliage. »

À terme, les chercheurs de Harvard pensent que le procédé de fabrication pourrait être utilisé pour créer facilement des machines de toutes tailles, avec seulement quelques ajustements.

À lire aussi : Quand les robots de Boston Dynamics s’improvisent chiens de berger

Mots-clés Harvardrobotique