Hayabusa 2 a presque atteint l’astéroïde Ryugu

Hayabusa 2 n’a pas perdu son temps. Après un voyage de quatre ans, la sonde japonaise est en effet sur le point d’atteindre son objectif, ou si vous préférez sa destination, à savoir l’astéroïde Ryugu. Une fois arrivée sur place, elle cartographiera le corps et elle procédera ensuite à un prélèvement en vue de rapporter des échantillons sur la Terre.

Lancée en décembre 2014, soit plus ou moins en même temps que Rosetta et Tchoury, Hayabusa 2 est une sonde spatiale élaborée par la JAXA et donc par l’agence spatiale japonaise.

Simulateur astéroïdes

Faisant suite à la sonde Hayabusa lancée l’année précédente, cette nouvelle sonde a pour principal objectif de cartographier l’astéroïde Ruygu et d’en rapporter un échantillon sur notre planète.

Hayabusa 2, une mission particulièrement ambitieuse

Le Japon a commencé à travailler sur cette mission en 2006, lorsque la commission japonaise des activités spatiales a accepté de donner suite à la mission Hayabusa. La décision avait surpris beaucoup de gens à l’époque puisque cette dernière n’était pas encore terminée au moment où la commission s’est réunie.

Histoire de varier les plaisirs, la JAXA a pris l’initiative d’apporter de nombreux changements à la sonde et de modifier notamment son système de collecte des échantillons.

Pour s’acquitter de cette tâche délicate, la sonde ne cherchera pas à se poser sur l’astéroïde cible pour le forer et elle se contentera ainsi d’envoyer un impacteur à grande vitesse dans sa direction durant son survol afin de faire exploser la croûte de l’objet. L’orbiteur se chargera ensuite de récupérer les résidus projetés par l’explosion et de les rapporter sur notre monde.

Retour en 2020

Lors de la première mission Hayabusa, la JAXA avait porté son attention sur l’astéroïde Itokawa, un astéroïde de type S assez classique.

Cette fois, la situation est un peu différente, car la cible de la nouvelle sonde de l’agence est Ryugu, un astéroïde de type C susceptible d’abriter des matériaux organiques. L’agence espère donc que ces échantillons nous permettront d’en apprendre un peu plus sur le processus de formation du corps et, par extension, sur l’histoire de notre système.

Ruygu, de son côté, est un corps assez massif, un corps dont le diamètre avoisinerait les 875 mètres. L’impacteur présent à bord de la sonde ne sera pas assez puissant pour le dévier de sa course ou pour le briser, mais il devrait être en mesure de faire éclater la croûte entourant l’astéroïde au niveau du point d’impact. Si tout se passe bien, la JAXA devrait récupérer les échantillons collectés en 2020.

Mots-clés astéroïdeespace