Hideo Kojima décrit l’après Konami, « très difficile » au début

Hideo Kojima sera resté des dizaines d’années chez Konami, créant de nombreux jeux dont les plus célèbres restent ceux de la licence Metal Gear Solid. Une licence à la richesse mythologique incroyable et dont les fans sont nombreux à travers le monde. Preuve que la franchise ne fonctionne sans Kojima : Metal Gear Survive aura été un véritable échec commercial et critique. Les aficionados de l’homme étaient également déçus de ne pas avoir pu mettre la main sur son projet de Silent Hill, dont la démo a depuis été retirée des boutiques en ligne, en plus d’une saga Metal Gear Solid qui fait ses adieux à son créateur.

Depuis, Hideo Kojima a relevé la tête en créant son studio pour proposer Death Stranding, un titre dont le mystère reste entier.

Photo de Georges Seguin

Et c’est lors du Tribeca Film Festival que Kojima n’a pas hésité à évoquer l’après Konami : des propos relayés par GamesRadar+.

Hideo Kojima a pu se relever grâce à ses nombreux contacts

L’après-Konami a été compliqué, Hideo Kojima le reconnaît. Lors de son licenciement, l’homme affirme être passé par une phase compliquée où, après 30 ans à créer des jeux, ce dernier s’est retrouvé « sans bureau, sans équipe, rien sur quoi travailler, pas de machines ».

Hideo Kojima reconnaît avoir pensé avoir tout perdu avant d’évoquer sa meilleure arme : ses contacts. Des contacts noués depuis le temps avec Sony, Norman Reedus (héros de Death Stranding), Geoff Keighley. L’homme en a profité pour les recontacter.

C’est après avoir contacté ces personnes importantes que Kojima affirme avoir réalisé qu’il n’avait pas tout perdu, que l’après-Konami ne serait pas difficile. Ce dernier raconte également sa rencontre avec Mads Mikkelsen. Hideo Kojima explique que l’acteur, connu pour son rôle de Hannibal, a immédiatement accepté d’apparaître dans Death Stranding après lui avoir expliqué le concept de vive voix.

L’agent de Mads Mikkelsen aurait même dit que jamais la star ne dit oui à un projet sans avoir eu quelque chose de concret entre les mains.

Il semblerait que grâce à son sens du relationnel et sa façon de vendre Death Stranding, Hideo Kojima ait pu rebondir et convaincre ses contacts de le rejoindre dans ce projet ambitieux. L’après Konami sera peut-être gagnant pour l’homme : reste à savoir si son futur jeu sera le chef d’oeuvre annoncé.

Mots-clés jeu vidéokonami