L’improbable histoire de Brian Robson, l’homme qui a tenter de s’envoyer lui-même par courrier

Brian Robson voulait quitter l’Australie au milieu des années 60. Âgé alors de 19 ans, le jeune homme, déterminé à rentrer chez lui au Pays de Galles, tenta du coup l’impossible : s’envoyer lui-même par courrier.

Le natif de Cardiff avait accepté à l’adolescence un emploi dans les Chemins de fer de Victoria pour un contrat de deux ans. Cela s’était fait dans le cadre d’un programme d’immigration assistée en Australie. Le quotidien australien et la difficulté du labeur ont probablement eu raison de la volonté de Robson si bien qu’il a décidé de retourner dans son pays natal en 1965. Mais il y avait un problème. Le jeune gallois n’avait pas les moyens de se payer un billet d’avion pour rentrer chez lui.

Crédits Unsplash

Pour retourner à Cardiff, l’expatrié devait s’acquitter de 800 livres sterling. Ce qui était impossible avec son salaire mensuel de 30 livres sterling. Il lui est alors venu l’idée de voyager en tant que colis.

22 heures à l’envers

Brian Robson a ainsi entrepris de voyager dans une caisse en bois. Cette dernière possédait une base de 91 cm de chaque côté. Une hauteur de 61 cm donnait suffisamment d’espace au Gallois pour rester en position assise.

La boîte offrait aussi de la place pour une valise et quelques accessoires, dont un oreiller, une torche, une bouteille d’eau et une bouteille pour uriner.

Brian pensait voler directement de Melbourne à Londres, mais le fret a pris une route beaucoup plus longue. Le début d’un long calvaire pour le colis vivant, d’autant que les gens n’ont pas fait attention à la mention « ce côté vers le haut » sur la caisse. Lors d’une escale à Sydney, la caisse est même restée à l’envers pendant 22 heures.

À la recherche de ses complices

Au bout de 96 heures, le voyage insolite de Brian a pris fin à Los Angeles où il a été découvert. Il a eu droit à des soins avant de se voir offrir un billet pour le Pays de Galles. Le voyageur clandestin, âgé aujourd’hui de 75 ans, n’est pas près d’oublier cette aventure hors du commun.

Il est même à la recherche de Paul et de John, dont il a oublié les noms de famille. Ces deux Irlandais l’auraient effectivement aidé à s’expédier dans sa caisse en bois.