Retour sur l’histoire de la pierre de Rosette

La pierre de Rosette tient une place considérable dans notre fascination pour l’Égypte antique. Ce trésor archéologique aura permis de comprendre plusieurs aspects de l’ancienne civilisation.

Le monde occidental voue une véritable fascination pour l’Égypte antique. Mais force est de reconnaitre que peu d’entre nous savent le nom de l’actuel président du pays… En effet, le public connaît mieux les noms des pharaons, des pyramides et des célèbres momies. La fascination des égyptologues pour la civilisation antique porte principalement sur les hiéroglyphes. Ces caractères spéciaux constituent un système d’écriture très complexe. Depuis leur découverte, ils sont longtemps restés indéchiffrables.

Une photo de la pierre de Rosette
Crédits Unsplash

Le déchiffrement de l’écriture hiéroglyphe égyptienne n’aurait pas été possible sans la pierre de Rosette. La stèle continue d’être l’une des pièces les plus importantes du British Museum.

Des mains françaises à celles des Britanniques

La pierre de Rosette est en granodiorite, qui est une roche magmatique. Ses dimensions en font un objet plus ou moins imposant. Elle mesure 112,3 cm de haut et 75,7 cm de large pour une épaisseur de 28,4 cm. La pierre comporte un décret officiel gravé, ce qui en fait une pièce essentielle dans notre compréhension de l’Égypte ancienne. Le message se décline en trois écritures : les hiéroglyphes, le démotique et l’alphabet grec.

La pierre de Rosette est en réalité le fragment d’une stèle plus grande. Son texte est incomplet, mais aura au moins permis le déchiffrement de l’écriture hiéroglyphe égyptienne. D’où son caractère indispensable pour les égyptologues. Sa gravure date de 196 avant Jésus-Christ, durant le règne du pharaon Ptolémée V. La pierre est l’œuvre des prêtres d’un temple de Memphis pour informer de leur soutien au pharaon.

La stèle a été découverte en juillet 1799 pendant la campagne égyptienne de Napoléon Bonaparte. Les soldats l’ont trouvée dans les fondations du fort Jullien à Rosette, une ancienne ville égyptienne située dans le delta du Nil. Pierre-François-Xavier Bouchard, l’officier responsable des troupes, réalisa l’importance de la trouvaille. Cependant, la France ne restera pas longtemps propriétaire du précieux bloc rocheux. Celui-ci est tombé entre les mains des Britanniques après la défaite du premier empereur des Français.

A lire aussi : Mais au fait, comment ferions-nous pour décoder un message des extraterrestres ?

Le déchiffrement des hiéroglyphes

La pierre de Rosette a débarqué en Angleterre en février 1802. Le médecin et physicien britannique Thomas Young a été le premier à déchiffrer l’ancienne écriture égyptienne dans l’année qui a suivi l’arrivée de la stèle dans son pays. L’égyptologue français Jean-François Champollion a pris le relais 20 ans plus tard. Il a annoncé officiellement le déchiffrement des hiéroglyphes après deux ans de recherche en 1924. Les travaux de Young et Champollion ont ainsi permis de mieux comprendre la littérature de l’Égypte antique.

La version originale de la pierre de Rosette continue d’être exposée au British Museum. Les gouvernements égyptiens qui se sont succédé œuvrent à faire revenir la stèle en Égypte.