Hitler : le mystère de sa mort élucidé par des fragments de dents ?

De nombreuses théories tournent autour de la mort d’Hitler. Pour la première fois depuis 1946, en mars et juillet 2017, les services secrets russes, le FSB et les archives d’État russes ont autorisé des chercheurs à examiner les os du führer. L’étude a été réalisée par une équipe de cinq chercheurs français. Après avoir analysé des fragments de dents et observé la crane du dictateur, ils ont finalement réussi à expliquer les causes exactes de sa mort.

Les chercheurs ont déclaré qu’Hitler s’est suicidé en prenant du cyanure et en se tirant une balle dans la tête. L’équipe s’est montrée sûre des résultats. Ainsi, conformément à l’opinion généralement admise, Hitler est bel et bien mort le 30 avril 1945 dans son bunker de Berlin avec sa compagne Eva Braun. Cette révélation devrait alors écarter toute autre hypothèse.

Hitler

Les résultats de l’étude ont été publiés vendredi dans le magazine scientifique European Journal of Internal Medicine.

Hitler est mort en 1945 dans son bunker de Berlin

Le professeur Philippe Charlier, spécialiste de l’anthropologie médicale et juridique, est l’un des auteurs de l’étude. Il a également participé à l’analyse du cœur momifié de Richard Lionheart.

« Nous pouvons arrêter toutes les théories du complot sur Hitler, il ne s’est pas enfui en Argentine dans un sous-marin, il n’est pas caché en Antarctique ou sur le côté obscur de la lune », a-t-il déclaré.

« Les dents sont authentiques, il n’y a pas de doute possible, notre étude prouve que Hitler est mort en 1945 », a-t-il ajouté en s’adressant à l’AFP.

À cause du cyanure et d’une balle dans la tête

Les chercheurs ont observé de mauvaises dents d’Hitler et de nombreuses prothèses dentaires. Ils ont trouvé des dépôts de tartre blanc et n’ont constaté aucune trace de fibre de viande. Cela confirme qu’Hitler était bien végétarien. Par ailleurs, ils ont repéré des dépôts bleutés sur ses fausses dents. D’après Charlier, il s’agirait d’un indicateur de « réaction chimique entre le cyanure et le métal de la prothèse ».

L’équipe a également été autorisée à observer un fragment de crâne d’Hilter sans prélever des échantillons. La morphologie du fragment était totalement similaire aux radiographies du crâne du führer prises un an avant sa mort.

Le fragment de crâne présentait un trou sur le côté gauche, sûrement causé par le passage d’une balle au niveau du cou ou du front. Les chercheurs ont infirmé l’hypothèse selon laquelle Hitler s’est tiré une balle dans la bouche puisqu’ils n’ont trouvé aucune trace de poudre sur les dents.

Crédits Image

Mots-clés histoire