En cas de danger, nos os lâchent une hormone spéciale

On connait tous l’expression « avoir une montée d’adrénaline ». C’est en fait ce qu’il se passe au niveau de l’organisme lorsqu’on se retrouve face à un danger soudain. A ce moment-là, notre corps prépare les muscles à se battre ou encore à fuir en augmentant le rythme cardiaque, le rythme respiratoire, la pression sanguine, le taux de sucre dans le sang, mais aussi la température corporelle.

Cette réaction de l’organisme face à une situation de danger est connue depuis longtemps comme étant contrôlée par des impulsions directes venant du cerveau, ainsi que par des hormones sécrétées par les glandes surrénales. Toutefois, une nouvelle étude vient de montrer que les os produisaient également une hormone spéciale qui participe à la préparation de cette réponse face au danger. Il s’agit de l’ostéocalcine et son rôle serait d’aider à coordonner la réponse en question.

Crédits Pixabay

C’est une équipe de chercheurs menée par Gerard Karsenty de Columbia University qui a réalisé cette découverte. L’article a été publié dans la revue Cell Metabolism.

Les os en action

Au cours de leurs recherches, les scientifiques ont découvert que les niveaux d’ostéocalcine dans le sang augmentaient rapidement chez les humains lorsqu’ils ont à parler en public et subissent un haut niveau de stress. Ce même phénomène se produit chez les rats et les souris lorsqu’ils sont entravés ou reçoivent des chocs électriques au niveau des pieds, ou encore lorsqu’ils sont exposés à une odeur d’urine de renard.

En faisant des expériences supplémentaires sur les souris, les chercheurs ont aussi découvert que l’augmentation du taux d’ostéocalcine réprime les fonctions de repos et de digestion de l’organisme. Cela permet l’enclenchement des mécanismes de défense ou de fuite.

Selon les informations, les résultats obtenus lors de cette étude s’ajoutent aux résultats que la même équipe avait obtenus au cours de travaux précédents. Ces derniers ont montré que les os sécrétaient de l’ostéocalcine pour aider les muscles à consommer du carburant au cours d’un exercice physique. Ils ont aussi trouvé que lorsqu’on injectait cette hormone dans les muscles de souris un peu plus vieilles, ces muscles retrouvaient de leur jeunesse.

Voir les os autrement

Par rapport à ces résultats, Karsenty a déclaré qu’il faudrait que l’on revoie le rôle des os, ces derniers que l’on pensait être uniquement des structures inertes. Selon lui, il est possible que les os aient évolué pour pouvoir nous protéger des dangers graves en activant la réaction de défense ou de fuite, mais aussi en optimisant les fonctions musculaires, et en fournissant les conditions pour que notre corps puisse bouger et s’enfuir.

De son côté, Robin McAllen de l’Université de Melbourne indique que jusqu’à maintenant, on ne sait pas encore pourquoi le corps a plusieurs moyens pour activer la réaction de défense ou de fuite. C’est peut-être pour avoir un système de secours si l’un des systèmes se mettait à défaillir. Pour renforcer cette idée, McAllen a énoncé le fait que les personnes avec des glandes surrénales défaillantes et les souris sans ces glandes pouvaient toujours manifester cette réaction de défense ou de fuite.

s https://www.newscientist.com/article/2216252-bones-release-a-hormone-that-helps-us-deal-with-sudden-danger/

Mots-clés médecinesanté