L’horrible calvaire des bébés éléphants en Asie du Sud

Le traitement réservé aux éléphants dans certaines régions d’Asie du Sud est inhumain. Le bien-être de ces animaux est en effet sacrifié au nom du tourisme. Dans des pays comme la Thaïlande, certains pachydermes vivent un véritable calvaire. Lorsqu’ils ne sont pas obligés de transporter des touristes sur leur dos toute la journée, ils sont enchainés pendant des heures.

La plupart d’entre eux sont victimes de tortures. L’objectif étant de leur faire oublier leur instinct afin d’en faire des animaux de cirques, dociles et obéissants. Sur la toile, il n’est pas rare de voir des vidéos montrant les maltraitances dont certains éléphants sont victimes. Les tortures commencent dès leur plus jeune âge.

Crédits Pixabay

Plusieurs bébés éléphants, comme celui qu’on peut voir sur une vidéo qui a été publiée sur la toile en juin 2020, sont séparés de leur mère. Ces derniers sont torturés jusqu’à ce qu’ils apprennent à faire des tours censés épater la galerie.

Des éléphants traumatisés

Le World Animal Protection est une organisation qui lutte pour la protection des éléphants. C’est grâce à elle que le monde entier a pu voir le traitement réservé aux bébés éléphants en Asie du Sud. Comme l’explique Ben Pearson, l’un des membres de cette organisation, les mères éléphants ne quittent normalement leur petit qu’après environ 5 ans.

« Dans le cas de la vidéo que nous voyons ici, le bébé est arraché à sa mère après seulement quelques années. Cette dernière ne le reverra plus jamais. »

Il s’agit d’une expérience très traumatisante autant pour la mère que pour le bébé. D’après Ben Pearson, « les éléphants sont des animaux intelligents. Ce sont des êtres sensibles. Les mères et leur bébé ont un lien spécial, comme nous. Nous savons que cela est arrivé quatre fois à l’un de ces éléphants. Cela provoque un grand traumatisme chez eux. »

Promouvoir un tourisme éthique

En Thaïlande, il y a ce qu’on appelle le rituel Phajaan, également connu sous le nom de torture sacralisée. Il consiste à « briser » l’éléphant mentalement pour lui faire oublier ses réflexes instinctifs. L’animal est enchainé, battu, privé de nourriture et parfois même électrocuté.

Il arrive que certains animaux succombent à leurs blessures. Ceux qui survivent deviennent parfois fous ou sont traumatisés à vie. Les plus résistants finissent dans les cirques ou dans certains parcs pour attirer les touristes.

À travers ses actions le World Animal Protection souhaite sensibiliser plus les voyageurs qui viennent en Asie du Sud à la cause des éléphants. Il les incite notamment à opter pour un tourisme éthique.