Horus pourrait entraîner une panne générale d’électricité en Europe

Horus faisait trembler les Égyptiens et il risque aussi de nous coller quelques sueurs froides. Imaginée par Willem Westerhof, cette simulation ferait en effet un bon point de départ pour le scénario d’un film catastrophe.

Les panneaux solaires sont des appareils connectés comme les autres… et aussi mal sécurisé que les autres. Problématique, d’autant que les pays européens ont beaucoup investi sur cette source d’énergie au fil de ces dernières décennies. Or justement, si l’on en croit ce chercheur néerlandais, nos infrastructures seraient vulnérables à une cyberattaque.

Free Electric

Durant la préparation de sa thèse à la fin de l’année dernière, Willem Westerhof a effectivement découvert plusieurs failles critiques.

Horus, une simulation qui fait froid dans le dos

Bien décidé à sensibiliser les industriels, il a donc mis en place une simulation montrant la manière dont ces failles pourraient être exploitées par des personnes mal intentionnées. Il l’a baptisée Horus.

L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque, mais le chercheur a donné un peu plus de détails sur sa simulation sur le site ITsec. Les responsables concernés ont été aussi préalablement informés.

« En Europe, plus de 90 Gigawatts de puissance photovoltaïque sont installés, un attaquant capable de contrôler le flux d’un grand nombre de ces périphériques pourrait donc provoquer des pics ou des creux de plusieurs Gigawatts et engendrer des problèmes d’équilibrage massifs susceptibles de provoquer des pannes de courant à grande échelle. »

L’Europe a déjà subi une panne de courant général en 2006. Ce problème s’est survenu suite à une disjonction de ligne à haute tension en Allemagne. Plusieurs villes ont été atteintes par cette coupure d’électricité, notamment Paris et Madrid.

Dix-sept failles dans les onduleurs

Selon le chercheur, Horus va s’attaquer directement au dispositif qui transforme l’énergie solaire en électricité consommable, c’est-à-dire l’onduleur. Il cite notamment le modèle de la marque SMA, qui fait partie des meilleurs sur ce marché. En effet, dix-sept failles ont été recensées sur ces machines.

Plusieurs de ces appareils sont actuellement connectés et c’est ce qui les rend justement vulnérables. Avec un tel système, les hackers n’auront pas de difficulté à atteindre leur cible.

Ils pourront en effet se servir d’un principe de contrôle à distance où ils seront dans la mesure de bloquer le flux d’électricité.

Le chercheur a toutefois affirmé que les autres appareils de ce genre pourraient présenter les mêmes défaillances. Un problème que les responsables ne devront pas prendre à la légère, car « une panne de trois heures à l’échelle de l’Europe coûterait environ 4,5 milliards d’euros » selon la statistique du site Horusscenario.

Mots-clés énergieinsolite