Houston inondée par Beta, la saison cyclonique est encore longue

On voit, à partir des images satellites, que les États-Unis sont actuellement assaillis sur deux fronts par les catastrophes naturelles. À l’ouest, de gigantesques incendies contraignent des centaines de milliers de personnes à quitter leur domicile. Dans le sud-est du pays, de nombreuses tempêtes se succèdent dans des villes qui ont déjà fait face à du mauvais temps récemment.

Le réchauffement climatique est clairement en cause, que ce soit pour la fréquence des feux, ou en ce qui concerne l’intensité des ouragans. Ces derniers sont également de plus en plus nombreux à toucher les côtes américaines. Ils se forment dans l’océan Atlantique et rejoignent le continent en amenant de la pluie et du vent.

Image by andrewtheshrew from Pixabay

En ce moment, le cyclone sévissant Houston n’est pas aussi puissant que ces prédécesseurs, mais les inondations qu’il cause sont dévastateurs.

Beta apporte peu de vent, mais beaucoup de pluie

Beta est encore resté au stade de tempête tropicale, avec des vents d’environ 100 kilomètres à l’heure. C’est relativement faible, si on compare avec les ouragans Laura et Sally, soufflant respectivement à plus de 220 et 165 km/h. Par contre, la quantité d’eau amenée est si importante, qu’elle augmente le danger pour les zones déjà affaiblies par les deux précédentes vagues de mauvais temps.

L’œil se déplace à une vitesse si faible, que la pluie a le temps de faire monter le niveau des eaux. La marée haute a dépassé de 91 centimètres son niveau habituel, dans la ville de Galveston, au large du Texas. À Houston, les routes ont tellement été inondées, que les écoles et les commerces ont dû fermer leur porte. Sur son compte Twitter, le chef de la police de la ville a fortement conseillé à ses concitoyens de ne pas emprunter les routes, sauf si c’est vraiment nécessaire.

Une saison cyclonique très active

Le National Hurricane Center estime que Beta devrait retourner dans le golfe du Mexique, avant de regagner le continent par la Louisiane. Dans cette région, la population est encore en pleine reconstruction, car les lieux gardent encore les séquelles du passage de l’ouragan Laura, il y a quelques semaines.

Selon les observations météorologiques, il y aurait de plus en plus de systèmes cycloniques s’abattant sur le continent, et 2020 est en train de battre tous les records. Normalement, la nomination d’une tempête avec les lettres grecques commence à la mi-octobre.

Malheureusement, la saison des ouragans n’est pas du tout terminée, car elle peut continuer jusqu’en novembre. En 2005, la dernière perturbation atmosphérique violente de la saison n’est passée qu’au mois de janvier de l’année suivante.